Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Royaume-Uni : le Labour veut revenir sur certaines dispositions du Brexit et améliorer les relations commerciales avec l'UE
information fournie par Boursorama avec Media Services 17/06/2024 à 14:26

Les Travaillistes évoquent des ajustements à la marge et répètent que le parti de centre-gauche exclut de revenir dans le marché unique européen ou l'union douanière.

Rachel Reeves à Liverpool, au Royaume-Uni, le 9 octobre 2023. ( AFP / PAUL ELLIS )

Rachel Reeves à Liverpool, au Royaume-Uni, le 9 octobre 2023. ( AFP / PAUL ELLIS )

S'il remporte les élections législatives du 4 juillet, le parti travailliste britannique envisage de revenir sur certaines dispositions du Brexit et visera à améliorer les relations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, affirme sa responsable pour les questions économiques, Rachel Reeves, dans un entretien au Financial Times publié lundi 17 juin.

"Nous chercherions à améliorer notre relation commerciale avec l'Europe et à faire des accords commerciaux autour du monde", affirme celle qui deviendrait ministre des Finances si les travaillistes remportent le scrutin. Rachel Reeves signale qu'un gouvernement Labour chercherait à mieux aligner le Royaume-Uni avec les règles de l'UE dans des domaines comme les produits chimiques ou les services financiers.

Les architectes du Brexit avaient voulu quitter l'UE justement pour que le Royaume-Uni puisse "reprendre le contrôle" de sa politique et notamment de ses législations. "Je ne pense pas que quiconque ait voté pour sortir de l'UE parce qu'il n'était pas content que les réglementations sur les produits chimiques soient les mêmes à travers toute l'Europe", poursuit Rachel Reeves. "Quand ma circonscription a voté pour sortir de l'UE, c'était purement à cause de l'immigration" , affirme-t-elle.

Le sujet du Brexit est encore très sensible

Le parti travailliste a été jusqu'alors réticent à parler du Brexit pendant la campagne pour les législatives, question encore très sensible dans le pays, mais les dirigeants du Labour s'enhardissent étant donné leur avance confortable dans les sondages, qui les donnent largement gagnants pour le scrutin à venir.

Rachel Reeves évoque toutefois des ajustements à la marge et répète que son parti de centre-gauche exclut de revenir dans le marché unique européen, l'union douanière ou d'autoriser de nouveau la libre circulation des personnes s'il accède au pouvoir au Royaume-Uni.

Mi-avril, le gouvernement conservateur de Rishi Sunak a douché les espoirs de Bruxelles en refusant d'ouvrir des négociations pour relancer la mobilité des jeunes entre l'UE et le Royaume-Uni, qui a fait les frais de la sortie de l'UE.

L'amélioration des relations avec l'UE fait partie des préoccupations des entreprises britanniques, qui font face depuis la sortie de l'Union européenne, rendue effective début 2021, à des coûts et démarches administratives supplémentaires pour exporter et importer des produits et services avec l'UE.

3 commentaires

  • 17 juin 16:34

    La GB qui avait des salaires 10 % inferieur à la France a des salaires 10 % plus elevés maintenant ... pour trouver des travailleurs , le patronat a du faire des efforts , motiver financierement ... l anglais aime le travail comme le francais mais il veut maximiser ses revenus contre son travail ... le patronat pouvait pas compter sur le travailleur polonais pour tirer les salaires vers le bas ...


Signaler le commentaire

Fermer