Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Londres réclame davantage de concessions à l'Union européenne sur l'Irlande du Nord
information fournie par Reuters15/10/2021 à 10:33

LONDRES RÉCLAME DAVANTAGE DE CONCESSIONS À L'UNION EUROPÉENNE SUR L'IRLANDE DU NORD

LONDRES RÉCLAME DAVANTAGE DE CONCESSIONS À L'UNION EUROPÉENNE SUR L'IRLANDE DU NORD

LONDRES (Reuters) - L'Union européenne doit proposer des changements significatifs pour qu'un accord sur le "protocole nord-irlandais" - volet capital de l'accord sur le Brexit - soit envisageable, déclare le ministre britannique du Brexit, David Frost, dans un entretien publié vendredi par Politico.

La Commission européenne a proposé mercredi de supprimer la majeure partie des contrôles imposés aux produits alimentaires britanniques arrivant en Irlande du Nord et d'alléger plus largement les formalités douanières, pour tenter d'apaiser les tensions avec Londres sur ce dossier.

David Frost a clairement signifié qu'en l'état, les propositions européennes étaient totalement inacceptables en réaffirmant l'exigence britannique que l'autorité de la Cour de justice de l'UE (CJUE) ne s'exerce pas en Irlande du Nord.

"Ils devront faire (cette concession) afin que nous puissions trouver une solution, il va falloir des changements significatifs si nous voulons parvenir à une solution concertée", a déclaré David Frost dans son interview à Politico.

"Tout ce que je peux dire c'est que la question de la gouvernance doit être prise au sérieux et que si l'UE est disposée à discuter d'une évolution de sa position actuelle, alors nous serons évidemment ravis d'avoir cette conversation", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique a signé le "protocole nord-irlandais" dans le cadre de l'accord global sur le Brexit en 2020 mais il affirme depuis que ce texte a été validé à la hâte et qu'il n'est plus intéressant pour les Nord-Irlandais.

David Frost appelle depuis de long mois l'UE à autoriser certains aménagements du protocole afin de faciliter les échanges de certains produits entre le Royaume-Uni et sa province d'Irlande du Nord.

Partie intégrante du Royaume-Uni, cette province - frontalière de la République d'Irlande, membre de l'Union européenne (UE) - est restée dans le marché unique européen pour les échanges de biens.

(Reportage Guy Faulconbridge, version française Myriam Rivet, édité par Blandine Hénault)

13 commentaires

  • 20 octobre14:54

    On voit que l'Union européenne peut se féliciter du départ de GB.Quand elle était dans l'UE, les coups tordus de GB ne sont pas vus. Pour les medias une enquête intéressante.