Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

L'ONU dénonce les "profonds problèmes de racisme" dans la police française
information fournie par Boursorama avec Media Services30/06/2023 à 13:29

Elle demande à Paris d'assurer, lors de la gestion des "manifestations", de veiller au respect "des principes de légalité, de proportionnalité et de non-discrimination".

( AFP / ZAKARIA ABDELKAFI )

( AFP / ZAKARIA ABDELKAFI )

La France doit se pencher sur les "profonds problèmes de racisme et de discrimination raciale parmi les forces de l'ordre", a estimé vendredi 30 juin l'ONU, alors que le pays est secoué par de violentes émeutes, dans le sillage de la mort d'un adolescent tué par un policier.

"C'est le moment pour le pays de s'attaquer sérieusement aux profonds problèmes de racisme et de discrimination raciale parmi les forces de l'ordre", a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, lors du point de presse régulier de l'ONU à Genève (Suisse). Nahel, 17 ans, a été tué mardi au volant d'une voiture lors d'un contrôle routier mené par deux motards de la police près de Paris.

Après trois nuits d'émeutes un peu partout en France qui ont fait d'importants dégâts matériels, "nous appelons les autorités à garantir que le recours à la force par la police pour s'attaquer aux éléments violents lors des manifestations respecte toujours les principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité, de non-discrimination, de précaution et de responsabilité" , a souligné la porte-parole.

"Manifestations"

Ravina Shamdasani s'est également dite préoccupée par les violences qui ont éclaté après la mort de ce jeune homme. "Nous comprenons qu'il y a eu beaucoup de pillages et de violences, par certains éléments qui utilisent les manifestations à ces fins, et qu'il y a eu un grand nombre de policiers qui ont également été blessés", a-t-elle dit.

Elle a souligné que c'est justement pour cette raison que "nous demandons à toutes les autorités de veiller à ce que, même s'il y a clairement des éléments violents dans les manifestations, il est crucial que la police respecte à tout moment les principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité, de non-discrimination, de précaution et de responsabilité."

Les forces de l'ordre françaises ont procédé à 667 arrestations dans la nuit de jeudi à vendredi et au total, 249 policiers et gendarmes ont été blessés, selon les chiffres officiels.

31 commentaires

  • 30 juin16:12

    je pense quand même que le monde serait pire sans l'ONU ?