1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Devenez membre - Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

« L'Europe doit-elle garder le cap de la neutralité carbone ? »
Le Cercle des économistes22/06/2020 à 09:26

Patrice  Geoffron
Patrice  Geoffron

Patrice Geoffron

université Paris-Dauphine

Professeur d'économie

https://www.dauphine.psl.eu/fr/index.html

(Crédits photo : Flickr - Mpd )

La Convention citoyenne pour le climat vient de rendre ses propositions au gouvernement. Elle demande notamment l'introduction de la lutte contre le réchauffement climatique dans la Constitution, et la création d'un crime « d'écocide ». Selon Patrice Geoffron, l'Europe ne doit pas s'éloigner de ses objectifs de verdissement de l'économie.

Des centaines de milliers d'automobiles sont en mal d'acheteurs sur des parkings, tandis que des milliers d'avions attendent le retour des voyageurs aériens sur des tarmacs. Dans ce contexte où les menaces sur la « fin du mois » se sont répandues aussi vite que la pandémie, peut-on faire de la transition écologique l'axe d'une stratégie de sortie de crise ? Et, en Europe, peut-on encore considérer que l'objectif de neutralité carbone en 2050 doit rester le cap du changement ?

Plusieurs raisons, ancrées dans une réalité économique très tangible, invitent à garder ce cap « green » en Europe.

Tout d'abord, au cours de ces dernières années, les Européens ont importé pour environ 1 milliard d'euros de produits pétroliers et gaziers par jour. Certes, à court terme, la baisse du prix du pétrole ristournant fortement cette facture, l'Europe bénéficiera d'un effet d'aubaine. Mais la chute massive des investissements dans l'amont pétrolier débouchera, au milieu de la décennie au plus tard, sur des barils manquants : 20 millions d'unités par jour, possiblement, selon l'Agence Internationale de l'Énergie (soit 20% de la consommation d'avant-crise). Face au choc pétrolier qui s'annoncera alors mécaniquement (pour peu que les pays émergents tirent à nouveau la demande), les Européens seront brusquement ramenés à leur dépendance énergétique massive. En France, nous savons depuis fin 2018, et la crise des gilets jaunes, ce que peuvent être les conséquences d'un choc pétrolier.

Ensuite, nous devons nous rappeler que la transition ne produit pas uniquement des effets globaux et lointains, mais également des bénéfices « ici et maintenant ». Des travaux ont établi de longue date que la seule amélioration de qualité de l'air pourrait compenser plus de 50 % des coûts de mise en œuvre de la transition écologique. Au sortir d'une pandémie d'atteinte des systèmes pulmonaires, ayant frappé très cruellement l'Europe, il est impératif de ne plus considérer ces pollutions de l'air comme un mal nécessaire de la « modernité ». Comme le rappelait opportunément le Trésor, dans une note février dernier, ces pollutions sont un fardeau de l'ordre de 2% du PIB/an (50 milliards d'euros) en France. Et autant de bénéfices cachés d'une transition écologique.

Enfin, en marge des réflexions des États sur leurs efforts de transition, de nombreux grands groupes industriels prennent des engagements de neutralité carbone pour la moitié du siècle (voire bien avant dans les technologies de l'information), y compris les Majors européennes : BP dès avant la crise, puis Shell et Total dernièrement. Tous ces groupes seront, progressivement, tenus de prendre en compte la décarbonation de leurs territoires d'investissement, car l'accès à une électricité et à des chaînes logistiques vertes (des ports, en passant par le fret ferroviaire et fluvial) déterminera leurs propres performances.

Selon les conclusions d'une étude récente de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), la transition écologique accroîtra de 400 dollars/an le PIB par habitant de la planète au milieu du siècle. La répartition de ces gains sera inégale entre les régions (avec une perte nette chez les exportateurs de pétrole), mais pourrait représenter pour l'Union européenne jusqu'à 3 000 dollars, faisant de ses citoyens les grands bénéficiaires de cette transition. Cela, à la condition de faire preuve de discernement dans les stratégies de sortie de crise, au début de la décennie 2020.

Cette chronique est publiée dans le cadre des Rencontres Économiques AIX en Seine. Retrouvez Patrice Geoffron dans le débat 7 : « La transition écologique, moteur de l'innovation», le samedi 4 juillet 2020 à partir de 16h20.


Les Rencontres Économiques d'Aix en Seine

Les 3, 4 et 5 juillet 2020 « Agir face aux dérèglements du monde - On va s'en sortir »
3 jours de débats accessibles en ligne gratuitement et ouverts à tous.
Le Cercle des économistes invite tous les Français à lancer le débat aux côtés de 300 personnalités, de toutes sensibilités, du monde académique, économique, politique et social réunies à l'occasion des Rencontres.
Partagez vos préoccupations, vos idées, vos questions ou contributions sur la page : « Je Lance le Débat »
Retrouvez le programme complet et suivez les débats en direct : lesrencontreseconomiques.fr

18 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • OSS119
    28 juin14:05

    L'écologie va détruire la planète. Il faut mettre un hola !

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer