1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

EXCLUSIF. Carmignac, l'impossible licenciement
Le Point12/03/2019 à 07:05

Place Vendôme, septembre 2017. On tracte non pas pour inciter à un achat dans une des bijouteries attenantes, mais pour soutenir la CGT. « Votez CGT », est-il suggéré sur les flyers, car c'est l'heure des élections professionnelles chez le gérant d'actifs Carmignac, l'un des plus importants d'Europe avec 42 milliards d'encours, dont le siège est établi au numéro 24 de cette place mythique. Le succès n'est pas au rendez-vous. Seule une poignée de salariés sur les quelque 180 que comptent les bureaux parisiens de Carmignac s'arrêtent pour échanger avec leurs collègues représentants du syndicat. Et, quelques jours plus tard, aux élections, la liste CGT fait pschitt, écrasée par un syndicat maison ? qui n'existe qu'au sein de Carmignac.Face à ce résultat, un candidat de la CGT écrit à sa fédération pour exprimer son « désarroi ». L'auteur du courrier insiste sur le « climat hostile » envers la CGT. Habituelle rhétorique victimaire des syndicats ou vérité ? L'auteur du courrier ne travaille plus chez Carmignac. En revanche, un de ses colistiers-camarades ? Régis * ? est, lui, toujours dans les murs, mais enlisé dans une montagne de procédures : 37. Oui, oui, 37 procédures dont il est la cible ou l'instigateur. Quelle histoire ! Bien curieuse. Dans ce secteur de la finance, les joutes syndicales sont inhabituelles et les licenciements se négocient généralement en toute discrétion. Mais, là, place Vendôme, c'est...

Lire la suite sur Le Point.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • a.rosa
    12 mars07:56

    Nos impôts payent la justice de cette entreprise.Comment faire confiance à une entreprise de gestion qui dilapide son temps et l argent de ses actionnaires comme de ses clients pour 1 seul homme ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer