Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Europe : des milliards d'euros bloqués
Le Revenu26/11/2020 à 09:02

Le plan de relance européen est, pour le moment, bloqué. (© DR)

Le plan de relance européen est, pour le moment, bloqué. (© DR)

Bruxelles prend un pari risqué en soumettant le plan de relance au respect de l'état de droit.

Approuvé à l'unanimité des Vingt-Sept en juillet dernier, le plan de relance de l'économie européenne est bloqué, malgré l'urgence d'agir.

En jeu, un paquet financier de plus de 1.800 milliards d'euros comprenant le budget à long terme de l'Union européenne d'un montant de 1.074,3 milliards d'euros et le plan de relance Next Generation de 750 milliards. «Cet accord envoie un signal concret indiquant que l'Union européenne est une force motrice», se flattait alors Charles Michel, le président du Conseil européen, à l'issue de pénibles négociations qui avaient duré plus de quatre jours.

Pour mémoire, les quatre États dits «frugaux» (Pays-Bas, Autriche, Suède et Danemark), qui ne goûtent guère l'idée de mutualiser la dette et de transférer des fonds à des pays qui se fichent de l'orthodoxie budgétaire, ont fini par lâcher prise sous réserve d'inscrire dans l'accord final un principe de conditionnalité au respect de l'état de droit, mais sans en définir les modalités.

Une petite bombe à retardement qui fonctionne finalement assez bien, comme le montre l'ensablement du plan de relance.

État de droit

Évidemment, brandir la notion molle et polysémique de respect de l'état de droit ne pouvait mener qu'à la confusion. Le débat sur le principe même de l'état de droit ne date pas d'hier, notamment en raison de ses origines

Lire la suite sur LeRevenu.com

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • kozlow67
    26 novembre10:46

    effectivement, erdogan, poutine, el assad et compagnie veulent garder leurs valeurs, leur culture ... belle vision du monde dont aiki41 raffole!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer