Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Désaccord franco-malien sur des discussions avec les rebelles islamistes
Reuters26/10/2020 à 17:02

DÉSACCORD FRANCO-MALIEN SUR DES DISCUSSIONS AVEC LES REBELLES ISLAMISTES

DÉSACCORD FRANCO-MALIEN SUR DES DISCUSSIONS AVEC LES REBELLES ISLAMISTES

BAMAKO (Reuters) - Le Premier ministre par intérim du Mali s'est dit lundi ouvert à des discussions avec des rebelles islamistes, dont l'insurrection a rendu de vastes zones du pays ingouvernables, tandis que la France, son ancienne puissance coloniale, a fermement rejeté cette idée.

Le président déchu du Mali, renversé le 18 août par un coup d'Etat militaire, Ibrahim Boubacar Keïta, avait déclaré plus tôt cette année que son gouvernement était prêt à négocier avec les rebelles liés à Al-Qaïda. Cette stratégie a été confirmée pendant les pourparlers nationaux qui ont suivi le coup d'État.

Les responsables maliens ont fourni peu de détails sur les compromis qui pourraient être faits, mais certains partisans des négociations ont déclaré qu'ils pourraient inclure une plus grande reconnaissance de l'Islam dans la vie publique.

"Les conclusions des pourparlers nationaux (...) ont très clairement indiqué la nécessité d'une offre de dialogue à ces groupes armés", a déclaré le Premier ministre par intérim Moctar Ouane lors d'une conférence de presse avec le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, en visite pour deux jours à Bamako.

"Nous devons y voir une opportunité d'engager des discussions de grande envergure avec les communautés afin de redéfinir les contours d'une nouvelle gouvernance dans les zones concernées", a-t-il ajouté.

Jean-Yves Le Drian a toutefois indiqué son opposition aux négociations, en rappelant que les groupes islamistes n'avaient pas signé l'accord de paix de 2015, considéré comme une base pour le rétablissement de la paix dans le nord du Mali.

"Disons les choses très clairement : il y a des accords de paix (...) et puis il y a des groupes terroristes qui n'ont pas signé les accords de paix, a-t-il déclaré. Les choses sont simples".

La France déploie plus de 5.000 soldats au Mali et dans les pays voisins de la région du Sahel pour lutter contre les djihadistes, contre lesquels elle est intervenue pour la première fois en 2013.

(Paul Lorgerie, version française Anait Miridzhanian, édité par Jean-Michel Bélot)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • CHANOMAR
    26 octobre17:22

    ah une blague, des militaires Français expulsés du Malie le pied-de-nez à Macron

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer