Pour une majorité de l'opinion, la France perd progressivement de son attractivité

le
4

Une majorité de l'opinion considère que la France a perdu de son attractivité au cours des dernières années.
Une majorité de l'opinion considère que la France a perdu de son attractivité au cours des dernières années.

L’institut de sondage OpinionWay publie ce mercredi les résultats d’une enquête auprès de l’opinion française sur la perception de l’attractivité économique nationale. Si la déception des sondés n’est pas vraiment une surprise, l’enquête est néanmoins intéressante pour les détails sociologiques qu’elle mentionne.

Si l’on s’en tient aux chiffres de l’activité française (PIB), la situation du pays progresse très lentement ou stagne depuis déjà plusieurs années. En 2014, le PIB français a ainsi progressé de 0,4% après une progression de 0,3% en 2013.

Non satisfaits de cette très lente progression alors que le chômage continue d’augmenter régulièrement, près des trois quarts de l’opinion française considèrent que l’attractivité du pays s’est détériorée au cours des dernières années selon le baromètre EcoScope réalisée par OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business.

Attractivité en berne

À la question : « Diriez-vous que l’attractivité économique de la France ces dernières années s’est améliorée / s’est détériorée / n’a pas changé ? », 72% des répondants ont répondu « s’est détériorée » alors que seuls 8% considèrent que la situation « s’est améliorée ».

« Les Français se montrent particulièrement sévères face à la situation économique de la France », commente OpinionWay à partir de ce résultat.

De manière étonnante, le détail des réponses fait ressortir un optimisme significativement plus marqué de la part des hommes que des femmes : les premiers sont en effet 12% à considérer que la situation s’est améliorée, contre seulement 4% chez les femmes.

Autre biais majeur : l’appartenance politique change fortement la nature des réponses. 23% des proches du PS considèrent en effet que l’attractivité s’est améliorée au cours des dernières années, contre seulement 3% en ce qui concerne les proches de l’UMP (8% pour le Modem, 4% pour le FN). Inversement, « le pessimisme concerne 48% des proches du PS contre 85% des proches de l’UMP et 87% des proches du FN », remarque également OpinionWay.

Handicaps et atouts français

À la question : « Selon vous, quels sont les principaux handicaps de la France en matière d'attractivité économique ? », deux réponses proposées se détachent en tête des résultats : « le niveau des charges sociales » et « le poids de la fiscalité sur les entreprises », qui sont tous deux des thèmes très proches. Viennent ensuite « Les 35 heures », alors que « Le niveau des salaires » arrive plutôt en fin de classement.

Sans grand étonnement, le détail des résultats affiche des différences notables sur cette question en fonction des opinions politiques. Si 76% des proches de l’UMP ont mentionné « le niveau des charges sociales » comme un handicap, seuls 39% des proches du PS ont fait ce même choix. L’écart est également très prononcé entre les deux groupes sur la question des 35 heures.

En-dehors de ses traditionnels défauts, la France a aussi de bons côtés. Interrogés sur la question « Quels sont les principaux atouts de la France en matière d'attractivité économique ? », les sondés ont principalement répondu « la capacité à réaliser des produits de qualité ou des produits à haute valeur ajoutée ». La « situation géographique » du pays et son « niveau de protection sociale » arrivent quant à eux en seconde et troisième position.

Cette fois-ci, les écarts sont très réduits entre les différentes appartenances politiques.

Que faudrait-il faire ?

Dépassant le stade des doléances et des bons points, le sondage demandait également aux sondés ce que devrait faire la France « pour améliorer son attractivité économique et séduire des investisseurs étrangers ».

Les résultats indiquent que 80% des sondés considèrent que « proposer une stratégie industrielle forte » serait une solution. Ce résultat s’explique peut-être en partie du fait que 78% des sondés considèrent par ailleurs que les rachats d’entreprises françaises par des entreprises étrangères seraient « une mauvaise chose », reflétant la traditionnelle méfiance de l’Hexagone vis-à-vis de la mondialisation.

« Réduire la fiscalité sur les entreprises » est la seconde solution économique la plus plébiscitée par les sondés pour redynamiser l’attractivité française, recueillant 74% d’opinions positives.

Du côté des propositions plus débattues, « revenir sur les 35h » divise l’opinion en deux parts égales (49% pour, 49% contre, 2% ne se prononce pas), alors que « simplifier ses procédures de licenciement » est une idée rejetée par 57% des sondés, alors que 40% y sont tout de même favorables (3% ne se prononce pas).

X. Bargue

Le sondage a été réalisé auprès d’un échantillon de 1010 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les sondés ont été interrogés en ligne les 20 et 21 mai 2015 sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • a.nottr1 le jeudi 28 mai 2015 à 11:09

    Évident, remerciez nos politiques

  • rodde12 le jeudi 28 mai 2015 à 10:30

    Les domestiques ont pris le pouvoir dans la maison mais c'est les propriétaires (citoyens) qui paient. Qui veut ça chez soi? Il faut réglementer les partis politiques, mais c'est eux qui font les lois alors bonne chance. Les plus dégourdis se sauvent les autres vont se faire plumer.

  • b.renie le jeudi 28 mai 2015 à 06:35

    Du côté des propositions plus débattues, « revenir sur les 35h » divise l’opinion en deux parts égales (49% pour, 49% Et pourtant là est le boulet qui fait perdre toute compétitivité internationale( - 7%) à tout outil de production localisé en FRANCE. Donc le marché français reste le seul pour la production française, les exportations étant impossibles. Donc pas d'enrichissement financier alimentant le cercle vertueux du développement économique D'où le chômage plantureux et prospère

  • Pierusan le mercredi 27 mai 2015 à 18:16

    d'où je déduis qu'il y a plus de chefs d'entreprises chez UMP et plus d'assistés chez PS...