Perspectives 2015 : faire les bons choix d'investissements (SSgA)

le
1

L'heure est déjà aux perspectives 2015 pour SSgA, qui souligne l'importance d'être sélectif dans ses choix d'investissements.
L'heure est déjà aux perspectives 2015 pour SSgA, qui souligne l'importance d'être sélectif dans ses choix d'investissements.

Le second plus grand asset manager mondial, SSgA, a présenté mercredi un premier bilan de l'année 2014 et ses perspectives de marché pour 2015. Parmi les sujets évoqués : l'importance de saisir les bonnes opportunités, notamment sur les marchés émergents.

L'année 2014 n'est pas encore terminée, mais les premiers constats s'imposent déjà. SSgA dresse les grandes lignes d'une année 2014 dont on attendait des améliorations notables. Conclusion : ces améliorations se sont produites de manière très inégale.

La croissance mondiale devrait s'établir à 3% cette année. Un chiffre rassurant, globalement équivalent à celui des trois précédentes années, et surtout très éloigné de la récession mondiale de 0,4% survenue en 2009.

Europe : toujours en difficultés

Côté européen, c'est la déception qui règne. Le Vieux continent n'est pas parvenu à se rattraper comme on pouvait le penser suite à la crise de l'eurozone ayant notamment sévi entre 2010 et 2012. Croissance faible, inflation trop basse et contraction du crédit : l'Europe ne parvient pas à sortir de ses difficultés malgré une nette amélioration de la confiance envers son système bancaire (lire l'article détaillé).

Etats-Unis : tout en contraste face à l'Europe

Il est désormais courant de souligner la divergence économique qui se forme entre l'Europe et les Etats-Unis, ces derniers ayant retrouvé le chemin de la croissance (3%) et de l'emploi (6% de chômage). Sans surprise, SSgA entrevoit que cette différence va s'accentuer au cours de l'année prochaine avec l'accroissement des divergences de politiques monétaires entre les deux continents.

La Fed remontera certainement ses taux l'an prochain, et SSgA anticipe un taux directeur établi à 0,5% à la fin de l'année 2015. La remontée des taux serait donc très progressive, mais si la croissance américaine dépasse les estimations actuelles, la remontée pourrait être plus rapide pour éviter la formation d'une bulle.

A noter que la diminution drastique du chômage américain à environ 6% doit toutefois être relativisée : beaucoup de travailleurs américains sont employés sur une base très précaire et le taux de chômage réel qui devrait être retenu serait en réalité de 7%.

Emergents : la politique réformiste fera la croissance

SSgA estime que la croissance mondiale devrait accélérer pour atteindre 3,6% l'année prochaine, notamment dopée par les pays émergents qui continuent de se développer à grande vitesse.

Le principal moteur de croissance serait la capacité de réformes des pays émergents. En Inde principalement, mais également en Indonésie par exemple, le pouvoir politique semble ambitieux et déterminé à mettre en place les infrastructures nécessaires pour le développement de l'économie nationale aussi bien à court qu'à long terme.

Attention toutefois : les investisseurs désireux d'investir dans les économies émergentes doivent rester très sélectifs. Si certains pays sont effectivement attractifs, d'autres semblent beaucoup plus risqués et moins attractifs. La Russie en premier lieu est confrontée aussi bien aux sanctions occidentales qu'à la baisse des prix de l'énergie, qui engendre pour le pays un important manque à gagner. La baisse du pétrole impacte également négativement l'économie de certains exportateurs, notamment en Amérique latine (Venezuela et Brésil notamment).

Quant aux préoccupations sur la croissance chinoise, elles ne seraient pas justifiées. La croissance chinoise baisse, mais reste à un niveau élevé à 6,9%. Cette croissance devient certes moins élevée, mais plus durable grâce à l'augmentation de la consommation intérieure alors que la classe moyenne se développe progressivement. Seule incertitude, désormais souvent répétée : le « shadow banking » chinois et la forte montée des prix de l'immobilier fait craindre la formation d'une bulle.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pi.arnau le vendredi 28 nov 2014 à 14:28

    un petit regard d abord sur les indices ,down,nasdaq FTP100 nikkei ect ...ils sont aux plus hauts ,en général ça ne dure pas longtemps