Novapierre Allemagne : une situation satisfaisante

le
0

A la fin du 1er semestre, Novapierre Allemagne capitalise 28,5m€ et présente un patrimoine formé de 2 actifs commerciaux en Bavière. En plus d'un positionnement géographique original, elle bénéficie de la fiscalité allemande...plus attractive que celle française.

A l'heure où de plus en plus de SCPI investissent en dehors de l'hexagone, que devient Novapierre Allemagne ? D'après Thierry Gaiffe, directeur général de Paref Gestion « la situation à mi année est satisfaisante ». La SCPI qui capitalise à la fin du 1er semestre 28,5m€ a déjà réalisé 2 acquisitions près de Münich pour 15,9m€ (hors droits). Son patrimoine représente 13 000m2 sous la forme de 8 lots commerciaux loués en totalité. Enfin, devant son succès, la société de gestion a décidé d'augmenter le capital en mars dernier pour le porter à 50 m€.

Rappelons également un des atouts de Novapierre Allemagne qui, outre son exposition géographique à un marché immobilier porteur, offre une fiscalité avantageuse. En vertu de la Convention fiscale franco-allemande du 21 juillet 1959, les revenus locatifs perçus en Allemagne par la SCPI sont imposés localement. Les plus-values de cession des biens sont également logés à la même enseigne.

L’impôt est supporté par les associés, au prorata des droits et de la jouissance de leurs parts. Afin d’éviter une double imposition, les revenus locatifs de source allemande sont exonérés d’impôt sur le revenu en France. L’exonération est réalisée par la soumission à l’impôt sur le revenu mais sous octroi d’un crédit d’impôt égal à l’impôt français afférent à ces revenus. De plus, les revenus locatifs ainsi que les plus-values de source allemande sont exonérés de prélèvements sociaux en France, dans la mesure où la CSG et la CRDS sont des impôts entrant dans le champ d’application des conventions fiscales.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant