Nicolas Sarkozy à propos d'Emmanuel Macron : "Ça va très mal finir"

le
2
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy lors de la cérémonie d'hommage à Michel Rocard aux Invalides, le 7 juillet 2016.  
Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy lors de la cérémonie d'hommage à Michel Rocard aux Invalides, le 7 juillet 2016.  

La politique d'Emmanuel Macron ne convainc pas Nicolas Sarkozy. « Il n'a pas d'emprise sur le pays. Il ne s'adresse qu'à la France qui gagne, pas à celle qui perd. Il est déconnecté », aurait-il déclaré en privé, selon des propos rapportés par Le Parisien. Sa façon de mener la barque lui fait même peur. Et l'ancien président va plus loin : « Ça va très mal finir... » Dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on enfonce le clou : « Macron est quand même arrivé au pouvoir par un hold-up géant ! »

L'ancien chef de l'État, qui juge la politique du successeur de François Hollande trop libérale, aurait confié à un proche qu'il y a « un risque d'éruption politique, que la société est extrêmement violente ». Pourtant, entre les deux hommes, les relations seraient au beau fixe. « Nicolas se retrouve un peu dans son tempérament. Macron, c'est l'énergie de Sarkozy avec la tête de Pompidou ! » aurait livré un vieil ami de l'ex-président.

Dîner de couples

« Ils se parlent, Macron l'associe. Il sait que, si un jour ça tangue, il aura besoin de Nicolas, d'une forme de cordée », confie un sarkozyste. Emmanuel Macron aurait vivement conseillé à ses ministres de droite, Gérald Darmanin et Bruno Le Maire, de s'entretenir régulièrement avec Nicolas Sarkozy. Même le socialiste Gérard Collomb aurait rendu visite au prédécesseur de François Hollande. Du côté d'Emmanuel Macron, on...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a un mois

    Il ose faire ce que Sarkozy a eu peur de faire.

  • frk987 il y a un mois

    Macron ose faire des réformes qui hélas sont loin d'être suffisantes, mais le peu qu'il fait va suffire à mettre le feu aux poudres. Je ne regrette plus d'avoir voter avec les pieds pour lui au second tour.