Marchés : « Sans être ultra-bull, nous pensons qu'il y a toujours des cartes à jouer »

le , mis à jour le
7

Pour Sycomore AM, le contexte macroéconomique mitigé n'empêche pas de garder confiance en certains valeurs aux perspectives jugées solides.
Pour Sycomore AM, le contexte macroéconomique mitigé n'empêche pas de garder confiance en certains valeurs aux perspectives jugées solides.

La volatilité des marchés, qui reflète l’humeur parfois fébrile des investisseurs, est également une source d’opportunités pour les sociétés de gestion qui essaient se démarquer des indices boursiers grâce au stock picking. Sycomore AM dévoile sa sélection de valeurs dans le contexte actuel.

Au cours des derniers mois, les marchés boursiers ont alterné revers et rebonds. La confiance des investisseurs a naturellement pâti de cette volatilité et la classe des actions a subi une décollecte nette estimée à 25 milliards d’euros à l’échelle mondiale, rapportait la société de gestion Sycomore AM lors d’une conférence de presse donnée jeudi 7 avril à Paris.

Les conséquences de cette baisse de confiance autour des marchés se voient également sur le nombre extrêmement faible de nouvelles introductions en Bourse depuis le début de l’année, notamment en Europe. En France, GeNeuro et Witbe ont attendu le mois d’avril pour ouvrir le bal des premières levées de fonds en vue d’une introduction en Bourse sur Euronext Paris.

Sycomore AM reconnaît qu’« on est sans doute en fin de cycle aux Etats-Unis » après plus de sept ans de reprise depuis la crise économique de 2008-2009. Malgré cela, les perspectives sur l'Europe restent correctes et la société de gestion souligne que « [Même] si les fonds souverains de pays exposés au pétrole et aux matières premières ont commencé à liquider une partie de leurs investissements à l’étranger, notamment dans les actions européennes, les volumes de transactions boursières sont encore modérés et les flux de capitaux vers la classe actions restent positifs en Europe depuis plusieurs mois ».

L’attrait vis-à-vis des marchés européens perdure notamment grâce à la débauche d’énergie de la BCE pour essayer de doper par tous les moyens l’économie du Vieux continent. La politique monétaire ultra-accommodante de la BCE, malgré les critiques dont elle fait régulièrement l’objet, a au moins l’avantage de soulager les entreprises européennes qui peuvent contracter des prêts à des taux toujours plus faibles pour financer leurs projets. Cette situation laisse au passage quelques belles lueurs d’espoir aux investisseurs sur les marchés boursiers.

Ainsi, « Sans être ultra-bull, nous pensons qu’il y a toujours des cartes à jouer [sur les marchés] à l’heure actuelle et que la gestion active a toute sa pertinence dans l’environnement actuel », affirme Sycomore AM.

Les valeurs favorites de Sycomore AM

Dévoilant la plupart de ses choix de valeurs au sein des différents fonds qu’elle gère, Sycomore AM s’affiche résolument favorable aux sociétés de services européennes, par opposition aux entreprises industrielles. Parmi les valeurs que la société possède en portefeuilles se trouvent les noms suivants :

SSII : Solucom, SQLI, Neurones, Sword Group, Solutions 30 (cette dernière devrait « bénéficier d’une croissance du CA entre 20% et 30% par an dans les 3 à 4 prochaines années », d’après l’analyse de la société de gestion).

Infrastructure/équipements : Interxion (NYSE), Gemalto, Orange

Moyens de paiements : Ingenico, Worldline, WireCard (Xetra)

Marketing : Critéo (Nasdaq), Tessi, HighCo, 1000Mercis

Commerce : SES, LDLC, Auféminin, Kion Group (Xetra), ShowroomPrivé

Divertissement : Technicolor, Focus Home Interactive, Ymagis

Restauration : Elior Group, Compass (LSE)

Dans l’automobile, Sycomore AM rappelle comme cela se dit souvent que « les sous-traitants captent plus de valeur que les constructeurs », ce qui pousse la société de gestion à préférer des valeurs comme Michelin, Plastic Omnium, Valeo ou encore Faurecia, « même si on a aussi repris un peu de Peugeot dernièrement » précise la société de gestion. Les objectifs de rentabilité récemment affichés par Peugeot ont été sanctionnés par les investisseurs au cours des dernières séances, « alors que l’objectif d’une rentabilité opérationnelle de 4% dans les années à venir communiquée par Carlos Tavares est un seuil minimal, qui pourrait être dépassé », souligne Sycomore AM.

La société de gestion affiche enfin son intérêt pour Ontex (hygiène), Unilever (biens de consommation, appréciée pour sa politique RSE) ou encore Roche (santé) et Figeac Aéro (aérospatiale).

Innovante dans ses offres de fonds, Sycomore AM a lancé en décembre dernier un nouveau fonds « Happy@Work », sélectionnant des valeurs d’entreprises attentives au bien-être de leurs employés. Parmi la quarantaine de valeurs sélectionnées dans ce fonds se trouvent notamment Solucom, SQLI et Michelin, déjà citées précédemment, mais aussi Air Liquide. Le lecteur aura compris que ces valeurs ne sont pas des conseils d’investissements mais uniquement des convictions propres à la société de gestion.

À l’écart des valeurs de l’industrie lourde

« En revanche, nous restons à l’écart de sociétés trop cycliques qui peuvent sembler décotées mais pourraient se révéler des "value traps", par exemple dans les secteurs miniers et pétroliers » explique Sycomore AM, pour qui « Les décotes de valeurs restent insuffisantes par rapport aux difficultés conjoncturelles auxquelles ces entreprises font face ».

La société de gestion reste en effet prudente et allège même ses positions sur les marchés actions dans certains fonds, malgré sa confiance dans les valeurs précédemment citées : « Les taux d’exposition de nos fonds flexibles, après avoir été relevés entre mi et fin février en fonction de leurs profils de risque respectifs, ont été légèrement rabaissés suite au rebond des marchés ».

De nombreuses sociétés de gestion semblent anticiper des soubresauts boursiers dans les mois à venir et protègent leurs portefeuilles en conséquence, à l’instar de SwissLife AM ou encore Carmignac, dont les points de vue ont été relayés au cours des derniers jours.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil il y a 10 mois

    le CAC n'est pas specialement cher , le PB c est le marché americain au plus haut avec des benefices qui baissent ... sans parler du ralentissement généralisé que l'on peut voir avec les exportations chinoises ... je reste avec mon BX4 pour qq temps ...

  • hlh78 il y a 10 mois

    Marché Bear - "Il n'est pas bon d'acheter des actions après ce rebond sur les marchés", Éric Galiègue - 18/03 - http://goo.gl/hP0Cd6

  • surfer1 il y a 10 mois

    Un cac à son niveau de fin 2013 époque déjà "findemondiste" . Depuis les profits ont augmenté. En cherchant un peu on a du rendement à 5 ou 6% avec des PER de 8 ou 9. Je dirais plutôt que c'est le moment d'investir ! En tous cas c'est ce que je fais. De toutes les façons même garder son argent sur un compte courant devient risqué...alors le choix est vite fait.

  • paspil il y a 10 mois

    j ai que du BX4 , et plutot rassuré par la situation mondiale ...

  • ppsoft il y a 10 mois

    M31 : oui, mais si on faisait ça, on serait soucieux de soutenir les entreprises et l'économie. C'est moins palpitant qu'une bonne montée d'adrénaline résultant d'un coup de bandit-manchot.

  • M3182284 il y a 10 mois

    La volatilité passe, les dividendes tombent. Si on gérait ses actions comme son immobilier il n'y aurait pas tant d'émotion.

  • ppsoft il y a 10 mois

    Des cartes à jouer... comme l'expression est bien choisie.