Les SCPI préférées en 2015

le
0

Le niveau de collecte est un indicateur intéressant pour mesurer le succès d’une SCPI auprès des épargnants. Celles axées sur les bureaux se sont taillées la part du lion au travers de sociétés de gestion de toutes tailles. 

En 2015, les SCPI ont atteint un niveau record de collecte: 5 Mds € (brut). Le classement édité par Primaliance révèle que les trois premières : Rivoli Avenir Patrimoine (403,56m€), PF02 (360,64m€) et Primopierre (323,74m€) ont engrangé à elles seules 1,09 md € soit près de 22% de la collecte brute totale. Ce pourcentage grimpe à 55% (2,78mds €) si l’on retient les dix premières SCPI. Toutes à capital variable, ces véhicules œuvrent sur le créneau des bureaux hormis Primovie (Primonial REIM) dédiée aux actifs de santé et dont la collecte brute atteint 230m€ (9ème rang).

Concernant la sectorisation géographique Paris et sa région sont généralement favorisés. Mais certaines SCPI se distinguent par le poids important représenté par leurs acquisitions à l’étranger. Par exemple, Corum Conviction (Corum AM, 7ème - 268€) affiche une exposition européenne de 68% quand celle d’Immorente (Sofidy, 6ème- 270,44 m€) dépasse 13%.

De son côté, la province est surtout présente chez PF02 (Périal, 2ème- 360,64 m€) et Notapierre (Unofi, 10ème- 199,49 m€) avec une pondération régionale respective de 50% et 46%.

Les raisons du succès reviennent elles alors, à leurs performances ? Pas seulement, en effet si huit SCPI sur dix battent la moyenne (4,85%), deux font à peine moins bien (RAP, 4,71% et Accimmo Pierre, 4,51%).

Pour autant, la belle collecte dont elles ont toutes bénéficié signe la vigilance des associés. Ils ont plébiscité un patrimoine de qualité constitué progressivement, une performance solide dans le temps, des niveaux de réserves rassurants, une gestion quotidienne pragmatique, sans oublier le diktat « vert » auquel elles commencent à toutes se soumettre.

Dernier point, la collecte est souvent indépendante de l’impact du réseau commercial des grands groupes financiers auxquels elle peut être adossée. Certes, la force de frappe d’Amundi Immobilier (RAP, Edissimmo) et de BNP Paribas (Accimmo Pierre) a bien attiré des souscriptions conséquentes mais il faut aussi prendre en compte les sociétés de gestion de taille plus petite. De ce point de vue Sofidy (Immorente), Primonial REIM (Primopierre, Primovie), Périal (PF02), Corum AM, La Française AM (Epargne Foncière) ou Unofi (Notapierre) ont eu aussi leur part du gâteau en mettant en avant chacune, leur produit phare.

 

Top cinq des plus grosses collectes en 2015

Le navire amiral d’Amundi Immobilier, Rivoli Avenir Patrimoine, arrive largement en tête avec une collecte brute de 403,56 m€. Certes l’effet réseau du groupe n’est pas sans conséquences mais il faut aussi reconnaitre les qualités de la SCPI : un patrimoine parisien centré sur de bons emplacements et un dividende stable à 12,5€ depuis 2012.

Ce n’est pas une surprise, mais cette année la stratégie verte de PF02 (Périal AM) a continué de séduire les investisseurs.Sur l'ensemble de l'année, la collecte s'élève à 360,6 m€ en hausse de plus de 50 % par rapport à 2014 (223,2m€ en net).Si la dimension environnementale joue clairement en sa faveur, il convient aussi de souligner la robustesse de sa performance dans le temps. Lancée en 2009 et au fur et à mesure d’un patrimoine qui s’étoffe, la SCPI délivre un rendement supérieur à 5% depuis 2011 (5,01% en 2015).

Pour avoir engrangé en brut 323,74 m€, Primopierre (Primonial REIM), figure sur la toisième marche. La stratégie d’investissement qui favorise les bureaux a pris une belle ampleur avec pas loin de 100 m€ investis l’année dernière en première couronne parisienne. Comme ses concurrentes mieux placées, la SCPI se distingue par un taux de distribution au-delà de 5% (5,02%).

La Quatrième, Accimmo Pierre (BNP Paribas Reim) a collecté en brut 279,99 m€. Le recul du dividende (8,43€ vs 8,79€) n’a visiblement pas entamé le moral des épargnants. Il est vrai aussi que BNP Paribas Reim joue la carte de la transparence : une gestion serrée, pragmatique et bien sur, ancrée dans le difficile contexte actuel de l’économie. De quoi rassurer !

Deuxième satisfecit pour Amundi Immobilier, Edissimmo récolte en brut 279, 3 m€ soit 213 m€ en net. Conformément à son prévisionnel, la SCPI n’a pas déçu ses associés.Pour la quatrième année consécutive, son dividende s’est élevé 11,5€. Et si le doute subsiste en 2016, la société de gestion préfère la franchise. Les trois premiers acomptes 2016 s’effectueront d’abord sur la base du résultat net anticipé de 2,70 € (vs 2, 87€) puis le dernier sera ajusté en fonction des événements. 

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant