Les SCPI en ordre de bataille pour continuer d'assurer un bon rendement

le
0

La pierre papier séduit de plus en plus d’épargnants. À juste titre. Les SCPI sont aujourd’hui des produits rémunérateurs (5,08 % en moyenne en 2014). Revers de la médaille: l’accroissement de la collecte pose des questions quant aux investissements à venir. Bonne nouvelle, les gérants s’organisent pour maintenir les bons rendements.

D'après Olivier Grenon-Andrieu, Président d’Equance. «L’engouement pour la pierre papier est logique». Les instruments financiers traditionnels (monétaires et obligataires) sont peu attractifs (0,7 %) soit un niveau bien inférieur au rendement des SCPI: 5,08 % en moyenne en 2014.

Le rendement n’est pas le seul intérêt des SCPI. En plus de libérer l'investisseur de tous soucis de gestion, elle apporte un revenu, «dans un contexte où celui-ci est plus recherché que la plus-value». Les revalorisations du prix des parts régulières constituent aussi un atout pour ce support.

Fortes de ces avantages, les SCPI ont vu leur collecte annuelle exploser. Celle-ci tournait autour de 600 -700 m€, il y a quelques années; elle est aujourd’hui de 3 mds €.

Un problème d'autant que le marché français de l'immobilier d'entreprise «non extensible» n'est pas très important (entre 25 et 30 mds €) comparé à l'Angleterre (70 mds€ en 2014) ou l'Allemagne (40 mds €).

Face à ce constat, les gérants de SCPI françaises s’organisent! Plusieurs solutions s'offrent à eux. Pour conserver de bons rendements, certaines SCPI à l'instar de Nami AEW Europe (actualité 18 mai) entendent maîtriser leur collecte afin d’éviter les difficultés à investir sur des biens de qualité. D’autres sociétés de gestion ont opté pour un allongement du délai de jouissance. La Française AM (actualité 10 avril) par exemple, a décidé d'allonger à 5 mois le délai d’attente avant de percevoir des loyers pour les associés d’Epargne Foncière et de Multimmobilier 2.

L’ouverture à l’international est aussi à l’ordre du jour… L’immobilier allemand, par exemple, est investi par plusieurs véhicules (Novapierre Allemagne, Opcimmo, Multimmobilier 2). D’autres pays comme l’Espagne, le Portugal, les Pays-Bas, la Belgique, ou l’Irlande sont également prospectés (Corum Convictions).

«Cette réaction des gérants est de bon augure» explique Olivier Grenon-Andrieu. Car elle affiche «clairement leur volonté de préserver les rendements qui font le succès de la pierre papier».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant