Les prix du pétrole chutent brutalement en toute fin de séance

le , mis à jour à 18:30
1

Les prix du pétrole ont été entraînés en forte baisse à 17h et dans les minutes suivantes jeudi 7 juillet 2016.
Les prix du pétrole ont été entraînés en forte baisse à 17h et dans les minutes suivantes jeudi 7 juillet 2016.

Le pétrole a perdu plus de 3% en l’espace de quelques minutes jeudi 7 juillet à 17h au moment de la publication de l’évolution hebdomadaire des stocks américains de pétrole brut. Les chiffres publiés étaient pourtant plutôt encourageants.

Les prix du pétrole, dont la volatilité s’est considérablement réduite après leur impressionnante chute de début d’année, restent sujets à d’imprévisibles réactions épidermiques.

L’or noir, en paisible hausse depuis le début de la séance de jeudi, s’est brutalement emballé à la baisse à quelques minutes de la clôture des marchés européens.

À 17h35, le Brent européen perdait 3,07% à 47,74 USD/baril, de même que le WTI américain perdait 3,22% à 46,29 dollars/baril. La chute des prix dépassit 4% à 18h15.

Evolution du pétrole WTI et du Brent sur la séance du jeudi 7 juillet. Source : ICE / Boursorama.
Evolution du pétrole WTI et du Brent sur la séance du jeudi 7 juillet. Source : ICE / Boursorama.

La chute a débuté à 17h, au moment de la publication hebdomadaire des stocks américains de pétrole brut. Ces derniers se sont contractés de 2,22 millions de barils la semaine dernière, un chiffre assez peu éloigné du consensus des analystes interrogés par Bloomberg, qui tablaient sur une contraction de 2,50 millions de barils.

Une contraction des stocks est a priori un signal positif sur le marché du pétrole, mais les investisseurs ne l’ont pas entendu de cette oreille.

Bloomberg avance que le marché a simplement été déçu du fait que la contraction des stocks a été plus faible qu'attendu. D'autres commentateurs relèvent quant à eux que malgré leur baisse, les stocks de pétrole américains restent à un niveau particulièrement élevé pour cette période de l’année, ce qui pourrait expliquer la mauvaise réaction du marché face à cette publication. L’ampleur de la chute des prix semble néanmoins largement exagérée.

Les indices des marchés boursiers, à l’instar du CAC40, n’ont pas été affectés outre mesure par ce décrochage, prouvant une fois de plus que la forte corrélation observée en début d’année entre l’évolution des prix du pétrole et des marchés actions est désormais très faible.

Les valeurs pétrolières n’ont-elles-mêmes été impactées que marginalement. Vallourec a terminé jeudi en hausse de 0,33%, CGG sur une forte progression de 4,84%, Technip en hausse de 1,58% et Total à +0,68%.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6381061 il y a 5 mois

    Et si on dirait pour une fois la vérité ? Que les prix sont manipulés par la spéculation effrénée de gros intervenants qui se soucient bien peu d'une réelle cohérence avec le marché réel, offre et demande physique de vrais barils !