Les mid & small caps surperforment toujours le marché (Portzamparc)

le
5

Portzamparc reste confiant vis-à-vis des valeurs moyennes, qui sur-performent régulièrement le CAC40.
Portzamparc reste confiant vis-à-vis des valeurs moyennes, qui sur-performent régulièrement le CAC40.

Malgré leurs faiblesses au cours de ces derniers mois, les PME et les Entreprises de taille intermédiaire (ETI) continuent de surperformer l'indice CAC40 depuis le début de l'année. Leur potentiel de valorisation serait encore fort selon Portzamparc, une société de bourse spécialisée sur les valeurs moyennes.

On s'interroge beaucoup sur les performances boursières des valeurs moyennes depuis le milieu d'année. Avec un CAC PME qui n'a jamais retrouvé le niveau qu'il avait à sa création (1300 points en mars 2014), les investisseurs semblent méfiants. Pourtant, les opportunités seraient toujours présentes.

Bon potentiel pour 2015

Portzamparc garde une confiance marquée dans les PME françaises. Les performances enregistrées par ces dernières semblent en effet montrer leur résistance face aux grandes entreprises. La société de bourse souligne ainsi : « l'indice CAC Mid & Small a surperformé l'indice CAC40 à 11 reprises au cours des 15 dernières années ». Ces dernières années, les performances sont également bonnes : en 2012 et 2013, le Mid & Small a respectivement surperformé le CAC40 de 5,6% et 8,7%. Quant à l'année 2014, les petites et moyennes valeurs surperforment actuellement le CAC40 de 3,8%.

Ces bonnes performances se traduisent logiquement par une augmentation des ratios de valorisation boursière de ces entreprises, notamment en termes de PER. Le PER moyen actuel des petites et moyennes entreprises françaises se situe désormais autour de 15x leur résultat net, soit un niveau globalement égal à sa moyenne de long terme. Le potentiel de valorisation reste pourtant encore élevé selon Portzamparc, qui voit dans ces entreprises un potentiel de croissance encore sous-estimé par le marché.

Toujours au sujet des valeurs moyennes, Portzamparc affirme que les particuliers « ne doivent pas avoir l'angoisse d'un marché caractérisé par moins de liquidité ». Dans une optique de long terme, le plus faible nombre de transactions quotidiennes pour certaines valeurs ne serait pas un danger.

Reprise des introductions en Bourse

Les introductions en bourse de PME-ETI sur Euronext Paris ont également repris en 2014, après plusieurs années amorphes d'après-crise. Cette année, ce sont ainsi plus de 4 milliards d'euros qui ont été levés sur la place parisienne pour des introductions en bourse de mid & small caps. Ce même montant était respectivement de 128 millions d'euros et 265 millions d'euros en 2011 et 2012.

Portzamparc a elle-même participé à la mise sur le marché de quatre PME au cours de l'année 2014 : McPhy Energy (compartiment C), Awox (compartiment C), Theraclion (Alternext) et ASK (compartiment C).

Quelques doutes malgré tout

Pourtant, la tendance a été défavorable aux petites et moyennes entreprises en septembre et octobre derniers. Le regain de tensions sur les marchés, notamment en octobre, a provoqué une aversion au risque de la part des investisseurs, qui ont plutôt fui les petites valeurs au profit des grandes capitalisations a priori plus solides.

Ce mouvement de méfiance s'est également traduit par une décollecte plutôt significative des montants alloués au PEA-PME, en contraction de 4,5% entre juillet et octobre 2014. Pour autant, grâce aux bonnes performances de début d'année, le PEA-PME reste en collecte positive de 300 millions d'euros depuis le début de l'année. Le montant reste décevant face aux attentes d'il y a un an, qui prévoyaient une collecte de 1 à 1,5 milliards d'euros pour l'année 2014. En cause : toujours l'aversion au risque des investisseurs en l'absence de nouvelles rassurantes sur la conjoncture européenne.

Quelles valeurs privilégier ?

Parmi les PME-ETI qui retiennent actuellement l'attention de Portzamparc se trouvent notamment Carmat (Alternext) ou encore Beneteau (compartiment A). Leurs fondamentaux seraient solides, et ces entreprises auraient de bonnes perspectives de croissance à l'avenir. De manière générale, le gérant conseille d'investir dans des entreprises ayant une forte part de leur chiffre d'affaire généré à l'étranger, leur évitant ainsi d'être trop influencées par la conjoncture économique européenne tout en bénéficiant de la baisse de l'euro face aux autres devises.

Se posent également pour certains investisseurs des questions sur les valeurs du marché libre. Faut-il y voir un éventuel vivier de futures pépites de demain ? Non, répond clairement Portzamparc. Le marché libre, non régulé, contiendrait surtout des valeurs aux fondamentaux très fragiles et à la gestion souvent opaque, laissant libre cours à la spéculation. La très faible liquidité des valeurs du marché libre en ferait presque un marché de gré-à-gré : à éviter sérieusement.

X.B.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le mercredi 3 déc 2014 à 14:44

    Les conseils et recommandations pleuvent à longueur de semaine, mais leurs auteurs ne donnent pas un an plus tard le "résultat": il y a un an on me recommandait les actions françaises et j'ai acheté les valeurs US, "trop chères" à lépoque; J'ai perdu en France et gagné 18% aux US (dont près de 9% d'effet de change) : nous avons trop de gourous en France dont le seul but est de nous soutirer des commissions.

  • M5754890 le mercredi 3 déc 2014 à 11:14

    les conseils ne sont pas les payeurs!

  • M7732327 le mardi 2 déc 2014 à 19:31

    Beneteau? J'ai du être menée en bateaux en misant sur Rodriguez Group, la star d'il y a quelques années dans le domaine des bateaux. En liquidation et prête à être radiée de la côte.

  • je.valle le mardi 2 déc 2014 à 16:22

    Lorsque Portzamparc donne une valeur à l'achat : vendez la et lorsqu'il dit de vendre vous pouvez acheter.

  • M476110 le mardi 2 déc 2014 à 15:48

    surtout aujourd'hui, hein ?