Les marchés européens souffrent de nouveau, pénalisés par le pétrole et la Chine

le , mis à jour à 13:52
11

Les indices boursiers européens creusaient leurs pertes mercredi 6 janvier.
Les indices boursiers européens creusaient leurs pertes mercredi 6 janvier.

Le début d’année est décidément difficile pour les marchés actions. Après une très mauvaise première séance le 4 janvier, les indices européens baissent de nouveau mercredi 6 janvier alors que les doutes sur la Chine se poursuivent et que le pétrole rechute une fois de plus.

Après le ralentissement de l’industrie chinoise, place au ralentissement du vaste secteur des services ? Telle est la question qui semble naître aujourd’hui dans l’esprit des opérateurs suite à la publication mercredi matin de l’indicateur PMI des services par Caixin (média chinois), ressorti nettement inférieur aux attentes pour le mois de décembre, à 50,2 points contre 52,3 points attendus par le consensus des analystes. Son niveau était de 51,2 points le mois précédent.

Au-dessus de 50 points, l’indicateur traduit toujours une accélération de la croissance des services, mais celle-ci a donc été très faible le mois dernier alors que l’indice n’est qu’à deux dixièmes de points de son seuil de neutralité.

Nous évoquions hier encore, dans un article consacré à l’économie indienne, la bonne tenue du secteur des services en Chine, permettant jusqu’ici de relativiser le ralentissement de l’industrie chinoise reflété par la dégradation de l’indicateur PMI manufacturier. La baisse du PMI chinois des services vient précisément remettre en cause, à très court terme, ce sentiment d’équilibre entre une accélération des services et un ralentissement de l’industrie au sein de l’Empire du Milieu.

La bourse de Shanghai n’a pas spécialement réagi à cette nouvelle mitigée, les opérateurs préférant continuer d’applaudir les dernières mesures prises par la banque centrale chinoise, cette dernière étant intervenue mardi pour calmer le jeu et essayer de rassurer les investisseurs très nerveux pour la première séance de l’année. La bourse de Shanghai a terminé en hausse de 2,25% alors que l’indice phare CSI 300 a progressé de 1,75%.

Les marchés européens ont en revanche mal accueilli la nouvelle, débutant la séance en baisse. Le mouvement vendeur s’est ensuite amplifié dans le courant de la matinée, sur fond de rechute des prix du pétrole.

Le Brent de Mer du Nord était une fois de plus en fort recul, perdant plus de 4% à 12h, passant momentanément sous la barre des 35 dollars le baril. Même chose pour le baril WTI américain, passé momentanément sous les 35 dollars en perdant un peu plus de 3%. Le mouvement de baisse a connu deux accélération notables, l’une peu après 9h et la seconde peu après 11h, correspondant toutes deux aux phases de recul observées sur les indices boursiers européens.

À 12h20, le CAC40 perdait 1,75%. Dans le même ordre de grandeur, le Dax 30 allemand lâchait 1,78% à la même heure.

Le sujet de la faiblesse du pétrole est ainsi toujours aussi sensible pour les marchés boursiers. Dorval Asset Management, anciennement Dorval Finance, présentait mercredi matin en conférence de presse une brève analyse de ce marché. L’ensemble des dettes mondiales liées au marché du pétrole représenteraient 2.500 milliards de dollars dans le monde, un chiffre plus élevé que le PIB d’un pays comme la France, mais faible par rapport au stock total de dettes mondiales (estimé de manière approximative à 200.000 milliards de dollars).

Les incertitudes perdurent néanmoins sur l’évolution des exploitations de pétrole de schiste aux Etats-Unis, dont peu d’entre elles peuvent être rentables aux prix actuels du pétrole. « On a commencé à voir des faillites sur le high yield pétrolier américain », remarquait ainsi mercredi matin Sophie Chauvellier, gérante allocation d’actifs et multigestion chez Dorval Asset Management.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mikkaela le mercredi 6 jan 2016 à 15:33

    ça devient du grand n'importe quoi, il serait temps de remettre les pendules à l'heure car ce système finira par exploser de lui même

  • mlemonn4 le mercredi 6 jan 2016 à 15:13

    J'adore les explications cache misère ! Quand le pétrole flambait on avait peur de l'inflation et les marchés baissaient et maintenant qu'il baisse, les marchés baissent ! Tant mieux on remet le spendules à l'heure des pays des monarchies du pétrole qui nous ont suffisamment plombé l'économie depuis 1973. Plus d'avenir pour le pétrole hormis à CT une bonne guerre dans la région qui raffermirait les cours! Aucune raison à ce que l'énergie fossile continue de prendre en otage l'économie !

  • jbambini le mercredi 6 jan 2016 à 14:08

    On vous avait prévenue la volatilité est là , elle arrange la spéculation , la bourse n'est plus faite pour les petits joueurs

  • ericlyon le mercredi 6 jan 2016 à 14:01

    Tout ça pour faire baisser les cours afin que les spéculateurs achètent à bon prix les actions des bonnes entreprises pour revendre après les bons résultats qu' elles ne manqueront pas d'annoncer !

  • Scor897 le mercredi 6 jan 2016 à 13:59

    Le pétrole monte , les bourses chutent . Maintenant le pétrole baisse , les bourses chutent ! N'importe quoi.....

  • fquiroga le mercredi 6 jan 2016 à 13:58

    Il souffrnt plutôt des banksters spéculateurs robotisés et vendant ce qu'ils n'ont pas.......

  • domin288 le mercredi 6 jan 2016 à 13:36

    Enfin, l'économie découvre que le service découle du manufacturier, et quand le manufacturier disparait, le service s'efface du même coup. Le prix du pétrole est important pour les spéculateurs de dettes, car actuellement il reste depuis trop longtemps sur la même cotation.

  • d.e.s.t. le mercredi 6 jan 2016 à 13:26

    Si le pétrole se mettait à remonter rapidement, la Bourse plongerait aussi! So what?

  • indyta le mercredi 6 jan 2016 à 13:20

    c est sur qu avec des analyses comme ca,qu ils tiennent , on est pas pres d avancer quoique ce soit...

  • indyta le mercredi 6 jan 2016 à 13:20

    quand ca baisse c est pas bon..