« Les marchés devraient continuer de chuter à l'avenir » (Henderson GI)

le
10

Pour John Bennett (Henderson GI), les indices boursiers devraient poursuivre leur tendance baissière dans les mois à venir. Solution : être sélectif et opportuniste.
Pour John Bennett (Henderson GI), les indices boursiers devraient poursuivre leur tendance baissière dans les mois à venir. Solution : être sélectif et opportuniste.

Depuis quelques semaines, les analyses publiées par les sociétés de gestion divergent fortement. John Bennett, directeur de la gestion actions européennes chez Henderson GI, se montre ouvertement négatif sur les perspectives des marchés actions en 2016, mais reste opportuniste.

Difficile de se faire une opinion sur la direction à venir des marchés actions si l’on s’en tient aux notes d’analyses publiées par les sociétés de gestion. En effet, toutes les opinions possibles sont exprimées depuis une dizaine de jours par les professionnels des marchés.

Alors que certains restent sous-pondérés en actions (Natixis AM) et que d’autres envisagent de « vendre sur rebonds » (Axa IM), d’autres se veulent opportunistes (Pictet AM) ou confiants dans la capacité des marchés à arrêter de broyer du noir (Quilvest AM). Certains, enfin, reconnaissent tout simplement que les marchés « restent irrationnels » (Fidelity). Chacun y trouvera son compte.

Mais trêve d’ironie : l’intérêt de ces analyses et de la divergence des opinions exprimées par les sociétés de gestion est de faire ressortir les principaux arguments qui prévalent aussi bien du côté des « optimistes » que des « pessimistes ». Chacun est ensuite libre d’exercer son jugement pour accorder plus d’importance à l’un ou l’autre de ces points de vue en fonction des arguments qui lui paraissent les plus convaincants.

« Les marchés devraient continuer de chuter à l’avenir »

Pour sa part, John Bennett, directeur de la gestion actions européennes chez Henderson GI, n’y va pas par quatre chemins et affirme dans une note diffusée à la presse mardi 23 février : « La Chine sera cette année l’une des principales menaces auxquelles les investisseurs sur les actions européennes seront confrontés. Nous pourrions, en cas de dévaluation majeure, assister à une grave récession au niveau mondial ».

Face à un tel pessimisme, on comprendra que John Bennett voit l’avenir des marchés sans excès d’enthousiasme à court terme.

À ce sujet, « mes perspectives n’ont jamais été aussi prudentes au cours des six dernières années » affirme-t-il. « Cela fait quelque temps déjà que nous nous trouvons face à un marché baissier. Celui-ci a vu le jour au cours du printemps 2015 et s’étend désormais au reste du marché, des pays émergents aux matières premières en passant par les valeurs ‘défensives’ ».

« L’année dernière, nous avions averti qu’il nous était difficile de trouver des opportunités sur le marché des actions européennes. Notre point de vue à ce niveau n’a pas changé. Nous estimons que les marchés devraient continuer de chuter à l’avenir, ce que semblent présager les événements du mois de janvier », poursuit-il.

« La bonne nouvelle, si cette baisse se confirme, est que cela devrait être de courte durée » affirme John Bennett. Mais même en imaginant un rebond des marchés au second semestre 2016, comme l’envisageait dernièrement Marc Touati, « Il est toutefois difficile, à ce stade, d’imaginer que les actions termineront l’année de façon positive ».

Henderson GI fait le choix opportuniste des valeurs pétrolières à court terme

Pessimiste mais pas défaitiste, John Bennett souligne que dans un tel contexte, il serait important de rester plus sélectif que jamais dans ses choix d’investissements.

« Il me semble que 2016 sera l’année des investisseurs actifs. Il vaudra mieux éviter de répliquer l’indice en 2016. Nous mettons l’accent, à l’heure actuelle, sur la préservation du capital. Il est possible que nous trouvions, çà et là, quelques marchés ou secteurs haussiers, mais dans l’ensemble, l’année 2016 sera une année où il faudra redoubler d’efforts pour dénicher les bonnes opportunités ».

John Bennett détaille les choix réalisés au sein d’Henderson GI : « Le secteur des télécommunications par câble fait partie de ces opportunités. Nous sommes également retournés sur le secteur de l’énergie, après nous en être détourné pendant une longue période, et nous avons initié, entre autres, des positions sur les grosses sociétés pétrolières telles que Total, BP et Royal Dutch Shell. Le cours du pétrole commence à se stabiliser et nous pourrions assister, après une période de sous-performance marquée, à un retour à la moyenne ».

« À l’inverse, nous avons réduit notre exposition au secteur bancaire européen car nous craignons que les autres pays européens ne suivent l’exemple scandinave et ne durcissent les exigences de fonds propres. Les positions que nous avons conservées sur le secteur bancaire sont axées sur des sociétés disposant de franchises domestiques solides capables de générer des flux de trésorerie durables. »

Enfin, termine-t-il, « Nous restons optimistes quant aux perspectives des fabricants de composants pour le secteur automobile -et non pas, il est important de le souligner, des fabricants automobiles- qui bénéficient de la poursuite de la demande de technologies de sécurité active pour rendre les voitures plus sûres et plus économes en carburant. Nous investissons également, de façon sélective, sur des sociétés capables de générer une croissance et/ou un revenu fiable, deux éléments recherchés, mais rares, sur le marché à l’heure actuelle ».

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • stricot il y a 10 mois

    A mon humble avis il a tout faux, il a un train de retard, les inquietudes sur la Chine ont deja fait plonger les indices de 20%, elles sont a mon avis excessives, les marches vont globalement remonter vers les niveaux de debut 2015, qui n'etaient pas completement ahurissants d'ailleurs. Ses fonds Absolute Return ont d'ailleurs une performance negative depuis un moment. Je vois pas en quoi ils sont absolus.

  • xavib il y a 10 mois

    "Opportuniste" c'est bien le mot qui caractérise ce petit monde de spéculateurs sans morale....

  • remymar3 il y a 10 mois

    pas très lumineux tout ca....

  • xavib il y a 10 mois

    Solution : partir en courant !!

  • nandfer il y a 10 mois

    Le yoyo des financiers continue. On fait peur, ça baisse, on rachète ça monte, on vend on gagne , puis on arrète ,ça redescent etc... Et avec l'assentiment tacite des états qui sont partie prenante .

  • hornerd il y a 10 mois

    Ce qui est aussi pitoyable, c'est le poids toujours plus important qui est donné jour après jour à ces avis négatifs !Il semble qu'il ait beaucoup trop de dépressifs dans les rédactions, à moins bien sûr qu'il y ait des intérêts supérieurs et personnels en jeu.

  • jmlhomme il y a 10 mois

    Ce qu'il dit est juste..... Cela va descendre dans un premier temps ( Six mois....) puis apparition des taux négatifs à la BCE...... remontée des cours car epargner deviendra une taxe cachée. Cette SUPER taxe a été inventée car elle touche tous les comptes bancaires du monde entier. Elle remplace l'idée des taxes sur les transactions financières et permet de reduire la charge de la dette des Etats. La boucle est bouclée. YAVEKAYPENSER

  • skiper22 il y a 10 mois

    > La bonne nouvelle, si cette baisse se confirme, est que cela devrait être de courte durée » > affirme John Bennett, sans expliquer les raisons exactes de cette touche d’optimisme. Voila un commentaire utile !

  • M1628016 il y a 10 mois

    FAIS LA MËME CHOSE fifi qu'est-ce qui t'en empêche ?

  • fquiroga il y a 10 mois

    et aucun "gourou" n'explique le yo-yo par les magouil.les des robots des banksters??????