"Les banques centrales disposent d'un arsenal quasiment illimité et peuvent créer la surprise" (David Kalfon)

le , mis à jour à 17:56
15

Les banques centrales peuvent encore agir pour soutenir la croissance et les marchés, estime David Kalfon.
Les banques centrales peuvent encore agir pour soutenir la croissance et les marchés, estime David Kalfon.

On accuse les banques centrales de plusieurs maux depuis les difficultés de l'été, notamment la relance monétaire parfois jugée inefficace, et l'indécision de la Fed qui participe à la volatilité des marchés. Pour David Kalfon, président-fondateur d’Amaïka AM, les critiques sont excessives.

Faut-il faire confiance aux banques centrales ? Alors que se profile la prochaine réunion de la Fed le 27 octobre prochain dans un contexte de résurgence des craintes d’un "hard landing" chinois, la question brûle les lèvres des opérateurs tant les critiques à l’égard des grandes instances monétaires internationales sont nombreuses.

Pour certains, la lisibilité de la politique de Ben Bernanke, qui avait pour habitude de s’en tenir à un calendrier communiqué à l’avance a laissé place à un flou alimenté par l’actuelle présidente de la Fed, Janet Yellen, plus encline à se laisser guider par les indicateurs macroéconomiques. D’autres encore reprochent aux grands argentiers de la planète de reculer face à la pression des marchés financiers ou les accusent de réduire à néant leurs marges de manoeuvre pour les prochaines crises.

Les banques centrales ont encore un fort pouvoir de relance

La réalité est plus nuancée. D’abord parce que l’histoire a montré que les banques centrales disposent d’un arsenal de mesures quasiment illimité et sont susceptibles de créer la surprise.

En mars, La BoJ [Banque centrale du Japon] avait ainsi pris les investisseurs à contrepied en élargissant son programme de rachat d’actifs à des ETF indexés sur le Nikkei 400. De son côté, la BCE n’a jamais exclu, si cela s’avérait nécessaire pour permettre au taux d’inflation de la zone euro de se diriger vers son objectif de 2%, de poursuivre son programme de rachats d’actifs au-delà des deux ans initialement prévus et de l’ouvrir à d’autres classes ou catégories d’actifs. En Asie, la Banque populaire de Chine a toute la latitude pour agir sur son taux de réserves obligatoires élevé de 18,5%, un niveau qui demeure extrêmement élevé si on le compare au taux de 1% appliqué par la BCE. Selon les équipes de Morgan Stanley, 1 point de baisse correspondrait à une injection de liquidités d’environ 200 milliards de dollars dans l’économie chinoise.

Une chose est sûre, les banques centrales continueront de montrer autant de détermination à vaincre la déflation que Paul Volcker, ancien président de la Fed, en a fait preuve pour vaincre l’inflation à la fin des années 70.

Le problème est plutôt l'impossible relance budgétaire

Toutefois, le marché devra composer avec l’idée que les banques centrales resteront une pièce maitresse sur l’échiquier des marchés des financiers. Car depuis la crise financière, les Etats ne sont plus en mesure de jouer leur rôle d’acteur contra-cyclique en amorçant un plan de relance budgétaire ou en augmentant les impôts.

Comme l’a déjà suggéré Mario Draghi, le président de la BCE, l’heure, pour eux, est à la mise en oeuvre des réformes nécessaires à l’assainissement des finances publiques. Et cela prendra du temps. Les grands argentiers devraient donc rester à la manoeuvre pendant un bon moment et les investisseurs n’ont pas d’autres choix que de leur faire confiance et de croire en leur capacité à amortir les chocs.

Car si, tel que l’on a pu le voir au cours des derniers mois, leurs actions ne peuvent éviter les violents à-coups sur les marchés, elles préviendront certainement le risque d’une rupture totale et systémique. D’ailleurs si l’on considère que le QE de la Fed n’est certainement pas étranger à la reprise américaine, les banques centrales mériteraient peut-être qu’on leur accorde au moins le bénéfice de leur track-record.

Par David Kalfon, président-fondateur d’Amaïka AM

Lire également sur le même sujet : Fed : une remontée des taux en mars 2016 est devenue "le scénario le plus probable" (Pictet WM) / Marchés : trop d'attentes autour de la Fed et de la BCE ? (CMC Markets)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • parthe le vendredi 16 oct 2015 à 18:32

    Arsenal illimité, bulles illimitées, krach illimité. Continuons ainsi et la finance détruira l'économie.

  • c.voyant le vendredi 16 oct 2015 à 18:21

    Andrew Gause,.....Une chose à comprendre à propos du système de réserves fractionnelles utilisé par les banques est que, comme dans le jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique continue, il n’y a pas de perdants »

  • c.voyant le vendredi 16 oct 2015 à 18:17

    John Kenneth Galbraith ...De tous les secteurs de l’économie, l’étude de l’argent est celui ou la complexité du système sert le plus à déguiser la vérité, à la dissimuler, au lieu de l’exposer.

  • c.voyant le vendredi 16 oct 2015 à 18:16

    John Kenneth Galbraith ...« Le processus par lequel les banques créent de l’argent est si simple que l’esprit a du mal à le croire »

  • ZvR le vendredi 16 oct 2015 à 18:05

    Pour assainir les finances publiques il faudrait lutter contre la corruption, en particulier dans la sphère politique, ce qui n'est pas près d'arriver.

  • stricot le vendredi 16 oct 2015 à 17:40

    Le yen s'est deja effondre (couple a la deflation sur les 15 dernieres annees le pays auparavant le plus cher du monde est devenu abordable pour les touristes! Et ca vaut le coup). Le bitcoin devrait disparaitre avec les truands qui l'utilisent pour les pires raisons qui soient. La guerre a la devaluation competitive a commence en 2007 (US, UK, Chine, Japon...), l'Europe s'est jointe a eux bien tard mais mieux vaut tard que jamais, nous avons besoin d'un bon coup d'inflation pour sur.

  • M4633794 le vendredi 16 oct 2015 à 17:14

    En effet, les banques centrales ont le pouvoir de parachuter des billets à l'infini... qui n'auront plus aucun pouvoir d'achat!

  • M4633794 le vendredi 16 oct 2015 à 17:13

    Entendre des c... pareilles! Des fois, il vaut mieux être sourd!

  • M4046581 le vendredi 16 oct 2015 à 16:54

    Je dirais que si les banques centrales commencent à se livrer une petite guerre de dévaluation, ça va profiter aux monnaies moins fortes que les 5 premières. Par exemple Bitcoin va au passage certainement en profiter grandement. C'est donc une bonne nouvelle pour les petites monnaies, un peu moins pour les couples EUR/USD/etc car la perte de confiance va ralentir les économies.

  • guerber3 le vendredi 16 oct 2015 à 16:51

    Les faux monnayeurs du monde ne craignant ni la justice ni la prison, ont même la capacité de détruire l' humanité...place aux voyous...!!!