Les bancaires s'envolent en Bourse, portées par le Crédit Agricole

le
5

Les valeurs bancaires caracolaient en tête du CAC40 mercredi à la cl�ture du marché.
Les valeurs bancaires caracolaient en tête du CAC40 mercredi à la cl�ture du marché.

Entraînées par un léger espoir d'avancée des discussions sur le dossier grec, ainsi que par des espoirs sur le titre Crédit Agricole, les valeurs bancaires françaises étaient à la fête mercredi à la clôture de la Bourse de Paris.

Trois banques parmi les quatre plus fortes hausses journalières du CAC40 : c'est le résultat d'une belle séance pour les valeurs du secteur financier. Crédit Agricole gagnait 7,60%, Société Générale 4,01% et BNP Paribas 2,81% dans une séance où le CAC40 a clôturé en hausse de 0,95%.

Crédit Agricole : résultats meilleurs qu'attendu

Le Crédit Agricole terminait ainsi en tête de l'indice parisien, porté par l'annonce de résultats meilleurs que prévu. L'AFP notait en cours de journée : « Crédit Agricole bondissait grâce à un résultat net, certes en baisse, mais meilleur que prévu en 2014 ».

Espoir du marché sur une augmentation du dividende

Ce résultat, bon mais pas exceptionnel, n'expliquait pas à lui seul le bond spectaculaire de l'action en cours de séance. Interrogé par Boursorama, Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC, expliquait que le titre profitait surtout d'espoirs du marché :

« Les caisses régionales, qui détiennent 56% du capital de Crédit Agricole SA, pourraient décider de prendre le contrôle de la caisse centrale cotée », expliquait-il. Pour cela, « il serait envisagé de convaincre les actionnaires majoritaires et minoritaires en servant un dividende exceptionnel ». Ce dividende exceptionnel « pourrait être de l'ordre de 2 milliards d'euros » (le double de l'an dernier), augmentant le bénéfice net par action, correspondant à un rendement « qui pourrait être de l'ordre de 10% ».

L'information reste un scénario hypothétique à prendre avec précaution. Néanmoins, « c'est une rumeur assez insistante » estimait Xavier de Villepion, considérant que les discussions au sein du groupe se font « dans une volonté de remise en ordre du Crédit Agricole ».

Le changement à la direction générale du groupe, qui sera annoncé la semaine prochaine, ne devrait « pas changer grand-chose pour un groupe mutualiste », estimait toujours notre interlocuteur.

Analyse graphique : résistance dépassée

Pour les « chartistes » prenant leurs décisions à partir de l'analyse graphique des cours d'une action, cette hausse provoquait un signal notable sur le titre Crédit Agricole en cours de séance. Pendant toute l'année 2014, le titre n'était pas parvenu à dépasser les 12 euros, butant contre une résistance située à ce niveau. En bondissant à 12,90 euros mercredi, la résistance horizontale de l'année 2014 était dépassée. Dans cette discipline, ce type de configuration graphique est perçu positivement.

La hausse du titre entrainait dans son sillage les autres valeurs bancaires de l'indice français, qui profitaient également de légers espoirs de compromis entre la Grèce et ses partenaires européens : Société Générale et BNP Paribas terminaient ainsi en deuxième et quatrième place des plus fortes hausses du CAC40.

X. Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lopez69 le mercredi 18 fév 2015 à 21:25

    Non portées, par super mario, pas pareil.

  • monjohn le mercredi 18 fév 2015 à 21:23

    À force de monter, les échelons vont casser, vous aller voir...

  • zerathef le mercredi 18 fév 2015 à 19:06

    Ce n’est pas le contribuable qui va payer c’est la Grece qui va se serrer la ceinture comme jamais car les montants en cause sont trop eleves et ni l’Allemagne ni la France ne vont les couvrir.

  • LeRaleur le mercredi 18 fév 2015 à 18:30

    C'est encore le contribuable qui va devoir payer pour la Grèce pour sauver les banques. Comme d'hab. Quand cela cessera-t-il ?

  • vmcfb le mercredi 18 fév 2015 à 18:29

    Quelle blague; tous les investisseurs se désintéressent totalement du sort de la Grèce.. La Grèce n'est que la mouche du coche!