« La phase de correction des marchés ne semble pas encore terminée » (Cholet Dupont)

le
0

La société Cholet Dupont s'attend à un éventuel effritement du rebond boursier de ces derniers jours. Mais à moyen terme, l'optimisme reste de mise.
La société Cholet Dupont s'attend à un éventuel effritement du rebond boursier de ces derniers jours. Mais à moyen terme, l'optimisme reste de mise.

Le rebond des marchés au cours des dernières séances est plutôt rassurant, affirme Vincent Guenzi, mais la prudence domine nettement à court terme. Le directeur de la stratégie d'investissement de Cholet Dupont conserve pour autant une certaine confiance à moyen terme.

« La phase de correction des marchés ne semble pas encore terminée, même si l’intensité de celle-ci tend à s’atténuer », affirme Vincent Guenzi dans une note de marché diffusée mercredi 7 octobre par la société Cholet Dupont. La prudence reste actuellement de mise pour la société de gestion, alors que « la visibilité est encore insuffisante à court terme » sur les marchés.

Incertitude et prudence dans le contexte actuel

« De nouveaux replis sont encore possibles si les marchés expriment leur impatience en cas de lenteur des autorités chinoises à soutenir leur économie par exemple. Mais les points bas récents ne devraient pas être dépassés », estime Vincent Guenzi. La description est assez précise : sur le CAC40, un tel scénario correspondrait à une éventuelle rechute de l’indice vers 4.350 points maximum à court terme, avant un retour au calme plus durable.

Réaliser des scénarios fiables reste une tâche ardue à effectuer à cause de la volatilité actuelle des indices, et à cause des réactions plutôt imprévisibles des opérateurs. « Aux Etats-Unis, l’indécision de la FED a déçu les investisseurs dans un premier temps. Puis, la possibilité d’un report à 2016 du premier relèvement des taux courts les a encouragés à reprendre des risques. Ces changements d’humeur deviennent incompréhensibles et doivent inciter à la prudence à court terme », affirme Vincent Guenzi.

Ce dernier poursuit : « L’environnement général est donc encore incertain et il peut occasionner de nouvelles fluctuations sensibles des marchés financiers. Nous continuerons à analyser de près l’évolution de la conjoncture mondiale pour détecter tout signe d’aggravation de la situation qui serait préjudiciable aux marchés », avant d’ajouter : « Les prochaines publications de résultats trimestriels occasionneront certainement des déceptions dans les secteurs cycliques ».

Les fondamentaux restent solides : pas de dégradation des objectifs à moyen terme

Pour autant, l’actuelle nervosité des intervenants n’est pas vouée à perdurer très longtemps, explique Cholet Dupont. Les données économiques de fond restent plutôt solides et devraient, petit à petit, parvenir à rassurer les investisseurs.

« En effet, les perspectives économiques globales ne se sont détériorées que très faiblement, comme l’a souligné le FMI dans ses dernières prévisions. Quand bien même le ralentissement chinois se prolongerait,  les autorités du pays disposent de marges de manœuvre importantes pour l’atténuer et ont poursuivi leurs actions en ce sens », explique Vincent Guenzi.

« La croissance des pays développés reste résiliente même si elle s’avère plus modeste au 3ème trimestre. Les facteurs de soutien sont toujours présents : politiques monétaires accommodantes, baisse des matières premières, stabilisation du dollar à un niveau convenable », relève-t-il.

Ainsi, à moyen terme, « Les facteurs de soutien sont toujours présents. Les évolutions récentes des indices boursiers commencent à être plus rassurantes et nous incitent à maintenir nos prévisions pour la fin d’année et pour la fin juin 2016 pour les indices actions ». Ces prévisions sont les suivantes : 4.900 points pour le CAC40 au 31 décembre 2015, puis 5.400 points au 30 juin 2016. Le directeur de la stratégie d’investissement de Cholet Dupont termine : « Les actions nous semblent rester plus attractives que les produits obligataires. Nous conservons une surpondération à moyen terme sur les actions européennes. »

Les prévisions restent extrêmement contradictoires entre les différentes sources d’analyses : Eric Galiègue, président du Cercle des analystes indépendants, envisage quant à lui un CAC40 à 3.500 points pour janvier 2017, en considérant que le marché est entré dans une phase de baisse durable.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant