La CAC40 clôture en baisse de 3,45% avec l'accélération de la chute du pétrole

le , mis à jour à 17:59
2

Les marchés européens chutent lourdement mercredi 20 janvier, tirés par la baisse inexorable des cours du pétrole.
Les marchés européens chutent lourdement mercredi 20 janvier, tirés par la baisse inexorable des cours du pétrole.

Le CAC40 a perdu 3,45% mercredi, l'indice parisien étant très pénalisé dès le début de la séance par la rechute des cours du pétrole, qui ont poursuivi leur interminable dégringolade en cours de journée.

Sur les marchés actions européens, le CAC40 a perdu 3,45% à 4.116 points mercredi, rechutant une fois de plus à l'instar de l'ensemble des indices boursiers européens. Francfort a terminé en baisse de 2,82%, Londres a perdu 3,49%, Milan 4,83% et Athènes, qui clôturait vers 16h, a perdu 5,70% en représentant la plus forte baisse des indices de la zone euro.

La plupart des indices européens sont parvenus à limiter leurs pertes en fin de séance, après un plus bas touché vers 17h, le CAC40 perdant alors brièvement plus de 4,3%.

Il s’agit de la plus mauvaise séance sur les marchés européens depuis celle du 24 août dernier, mémorable journée de « lundi noir » pour l’ensemble des places mondiales.

À l'origine de cette baisse, les prix du pétrole ont poursuivi leur chute mercredi dès le début de la matinée, le mouvement s'accentuant peu après l'ouverture des marchés américains, faisant rechuter Wall Street de plus de 2%.

Sur le marché du pétrole, à 17h20, le WTI américain perdait 5,17% à 26,99 dollars/baril sur les contrats à terme du mois de février 2016 selon les terminaux de Bloomberg, tandis que le Brent européen perdait 3,65% à 27,7 dollars/baril. Encore une fois, rien ne semble en mesure d'arrêter la dégringolade des cours du brut, ce qui inquiète les opérateurs de marché, désormais nerveux au sujet des dettes d'entreprises du secteur pétrolier soutenues par les établissements bancaires, notamment aux Etats-Unis.

Lire l'analyse de la matinée : Marchés : ''les investisseurs vont tous aux abris''

Un CAC40 rouge vif

L'ensemble des valeurs du CAC40 s’affichent dans le rouge vif mercredi à la clôture, tous les secteurs étant entraînés par le fort mouvement baissier de la journée.

Les valeurs industrielles et pétrolières ont fait partie des plus touchées. Le métallurgiste ArcelorMittal a de nouveau terminé à la dernière place du CAC40 avec une chute de 8,77% de son cours de bourse.

Technip (-5,67%) est arrivé à l’avant-dernière place du CAC40, le spécialiste des services pétroliers étant largement affecté par la rechute des cours de l’or noir qui assombrissent une fois de plus les perspectives de nouveaux chantiers pétroliers pour l’année 2016. Total (-5,44%) a chuté pour les mêmes raisons. À noter, hors CAC40, la poursuite de la chute de Vallourec, ancienne valeur vedette de l'indice parisien, qui a entre perdu plus de 8,21% mercredi. Depuis le début de l'année, Vallourec a perdu près de 45% de sa valeur.

Les valeurs financières ont été pénalisées par le sentiment négatif qui pèse sur le secteur, les banques américaines étant exposées à la dette des entreprises du secteur pétrolier dont les résultats financiers sont évidemment impactés par la chute continue des cours de l’or noir.

Crédit Agricole a perdu 4,80%, suivi de peu par Société Générale (-4,41%) alors que BNP Paribas (-3,02%) limitait légèrement la casse.

Souvent lié au secteur bancaire, le secteur assurantiel était également très pénalisé mercredi, avec notamment la baisse d’Axa (-4,83%), ayant terminé aux dernières places de l’indice parisien.

Les valeurs considérées comme « plus défensives », c’est-à-dire théoriquement moins affectées par une dégradation de la conjoncture économique mondiale, n'ont pas beaucoup mieux résisté que les valeurs « cycliques ». Accor (-5,09%) fait partie des plus fortes baisses de l’indice malgré l’absence d’exposition directe du groupe aux cours du pétrole. Airbus Group (-4,16%) a également souffert du mouvement baissier, bien que la chute des cours du pétrole soit a priori bénéfique pour les perspectives de ventes de l’aviateur.

Air Liquide (-1,21%) a en revanche défendu honorablement sa réputation de valeur défensive, en représentant la plus faible baisse du CAC40 de la séance.

Lire le point de vue : Acheter aux niveaux actuels devrait être gagnant dans 12 à 18 mois (Amundi AM)

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • R59 il y a 11 mois

    si le prix du gaz baissait comme le pétrole

  • domsko il y a 11 mois

    Sûre de mon vélo, je pédale plus vite quand je monte une côte