La Bourse chinoise rechute encore

le , mis à jour à 14:01
2

La Bourse chinoise rechute malgré les nombreuses mesures prises par le régulateur pour soutenir les marchés.
La Bourse chinoise rechute malgré les nombreuses mesures prises par le régulateur pour soutenir les marchés.

Shanghai a reperdu 3,03% à la clôture de mercredi. Le rebond de ces derniers jours semble particulièrement fragile. Les investisseurs restent attentifs aux variations des actions chinoises, même si ces soubresauts n’impactent pas les valorisations en Europe.

La Bourse chinoise semblait connaître un certain retour au calme depuis le milieu de la semaine dernière, mais celui-ci semble plus fragile que prévu. À la clôture de la séance du mercredi 15 juillet, l’indice de la Bourse de Shanghai a perdu 3,03% à 3.805 points, et l’indice de la Bourse de Shenzhen, souvent plus volatil, a quant à lui perdu 4,22% à 2.058 points.

Pour rappel, les deux places chinoises ont respectivement chuté de 32% et 40% entre le 15 juin et le 8 juillet, après 12 mois de très forte hausse (+150% sur l'indice de Shanghai).

Pourtant, depuis jeudi 9 juillet, les places chinoises connaissaient une phase de rebond : la Bourse de Shanghai avait ainsi rebondi de 13% avant la baisse de mercredi.

Depuis la fin de semaine dernière, les analyses encourageantes se succèdent pourtant vis-à-vis de l’avenir à court terme des places chinoises. Vendredi dernier, Xinghang Li, gérant actions marchés asiatiques chez OFI AM déclarait : « il semble que ce panic-selling (…) soit dernière nous, et nous estimons que le marché devrait rentrer dans une phase plus rationnelle rapidement » (relire l’article). Une étude de Nomura sur les marchés chinois, datée du 13 juillet, indiquait également que « la période de panique sur les actions chinoises en 2015 est probablement derrière nous » (« The most panicky period in Chinese equities in 2015 is likely behind us »).

Les mesures drastiques restent peu efficaces

La baisse de mercredi intervient alors que tous est fait par les autorités chinoises pour empêcher une chute des indices boursiers nationaux. Parmi les mesures actuellement appliquées, les actionnaires détenant plus de 5% du capital d’une entreprise cotée n’ont plus le droit de vendre leurs titres au cours des six mois à venir.

« Une centaine de grands groupes étatiques chinois se sont par ailleurs vu interdire de vendre les actions de leurs filiales cotées. De son côté, la banque centrale chinoise (PBOC) a assuré qu'elle fournirait des liquidités abondantes pour stabiliser les Bourses, via le financement des "opérations sur marge" (achats d'actions par endettement) », rappelait l’AFP en matinée.

À cela s’ajoute le plan d’investissement d’environ 19 milliards de dollars sur les marchés chinois, coordonné par 21 grands courtiers nationaux depuis une dizaine de jours, pour essayer d’envoyer un signal de confiance aux autres investisseurs. Enfin, jusqu’à la moitié des actions chinoises ont été suspendues de cotation au cours des derniers jours pour empêcher techniquement une évolution négative de ces valeurs.

La rechute de mercredi montre, si cela était encore à prouver, que les marchés financiers restent très indépendants vis-à-vis des interventions extérieures dont ils sont l’objet. Un agent extérieur, même lorsqu’il s’agit du régulateur chinois, ne peut pas avoir la maîtrise des variations du marché.

Pas de contagion, contrairement à la semaine dernière

Cette rechute reste néanmoins cantonnée au marché chinois. Hong-Kong a terminé en baisse mercredi, mais dans des proportions beaucoup plus faibles : l’indice Hang Seng Composite a perdu seulement 0,85%. La Bourse japonaise a quant à elle terminé en légère hausse : +0,38% pour le Nikkei 225.

En début de semaine dernière, la baisse des indices chinois avait pourtant commencé à affecter le Nikkei japonais et surtout la Bourse de Hong-Kong. La place de Hong-Kong était notamment pénalisée par des rumeurs de ventes à découvert massives, qui concernaient également les places chinoises quelques jours auparavant.

Les indices européens restent quant à eux très peu affectés par cette baisse. En Europe, les investisseurs sont toujours attentifs à l’évolution du dossier grec, mais l’accord trouvé lundi, bien que très critiqué pour différentes raisons, a au moins permis un retour au calme sur les différentes places du Vieux continent. Mercredi à 14h, le CAC40 s'affichait en légère hausse de 0,23% à 5.042 points.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cresus57 le mercredi 15 juil 2015 à 14:17

    Le titre de l'article pourrait être "la bourse chinoise affiche encore un gain de plus de 60 % en moins d'un an;"

  • khmane08 le mercredi 15 juil 2015 à 14:09

    les feuilles de lotus ne montent pas jusqu'au ciel?