Krach chinois : le récent rebond est-il durable ou éphémère ?

le
4

Le krach chinois des dernières semaines a inquiété au plus haut rang.
Le krach chinois des dernières semaines a inquiété au plus haut rang.

Le marché chinois a nettement rebondi au cours des deux dernières séances. Néanmoins, le krach des jours précédents reste dans les esprits. À quoi faut-il s’attendre dans les semaines à venir ? L’avis de Xinghang Li, gérant actions marchés asiatiques chez OFI AM.

Avec une hausse de 4,54% vendredi après un rebond de 5,76% jeudi, l’indice de la Bourse de Shanghai a retrouvé quelques couleurs en fin de semaine, clôturant vendredi à 3.877 points. La volatilité record de l’indice reste néanmoins assez déstabilisante pour les investisseurs.

Origines du krach boursier

Du 12 juin au 8 juillet, les marchés chinois ont connu une chute qui a inquiété jusqu’aux plus hautes sphères de l’Empire du Milieu. L’indice de la Bourse de Shanghai a perdu 32% au cours de cet intervalle, et 40% pour la Bourse de Shenzhen. L’indice MSCI China a quant à lui perdu 19% sur la même période, résistant plutôt bien au cours du mois de juin avant de chuter rapidement début juillet. Il faut rappeler qu'auparavant, l'indice de la Bourse de Shanghai avait connu une très forte progression de 150% en l’espace de 12 mois.

« La baisse du marché a été déclenchée par la mise sous contrôle par le gouvernement des pratiques de financement des institutions non financières permettant à des particuliers d’investir sur le marché des actions A [libellées en yuans], en bénéficiant d’un effet de levier important, notamment en empruntant via internet », explique Xinghang Li, gérant actions marchés asiatiques chez OFI Asset Management.

« Suite à ce contrôle, certains investisseurs particuliers ont été forcés de vendre leurs positions qui portaient essentiellement sur les valeurs "small/mid caps". A cause du faible volume de transaction des segments "small/mid caps", ce "sell-off" a entraîné des baisses importantes de ces valeurs, semant la panique notamment auprès des investisseurs particuliers chinois et entrainant une baisse générale sur tous les segments de marchés ».

Tout est mis en œuvre par les autorités pour faire revenir la confiance

Néanmoins, explique Xinghang Li, les autorités chinoises sont à la manœuvre pour faire revenir le marché à la raison. « Le souhait initial du gouvernement chinois vise à bien contrôler ces pratiques (…) et à assainir les marchés. (…) Ainsi, l’autorité chinoise a récemment suspendu certains comptes boursiers qui ont été actifs dans les activités de vente à découvert ».

La question de l’impact des ventes à découvert sur la tenue des marchés revient au cœur des débats ces derniers jours, alors que le régulateur du marché grec (HCMC) a quant à lui suspendu les ventes à découvert pour la prochaine réouverture de la Bourse d’Athènes.

Une chose est sûre : la chute des actions chinoises déplaît nettement au plus haut rang. En effet, explique Xinghang Li, « la priorité du gouvernement chinois pour les deux années à venir est d’entreprendre la réforme sur les entreprises d’état (privatisation) et de faire intégrer les actions A comme composante de l’indice global MSCI. Le gouvernement chinois a besoin d’un marché haussier permettant de garantir la réalisation de ces deux objectifs ».

Parmi les mesures prises par le pouvoir chinois pour calmer la nervosité des marchés, se trouvent aussi bien la suspension des nouvelles introductions en Bourse qu’une restriction des levées de fonds, assorti de la création d’un fonds de stabilisation financé par 21 courtiers, pour un montant de 120 milliards de yuans (un peu moins de 20 milliards de dollars).

Par ailleurs, de manière plus technique, Xinghang Li relève que « les biens immobiliers pourraient désormais être utilisés comme garantie pour les prêts des courtiers dans le cadre des opérations sur marge ». La mesure ne manquera pas de susciter quelques commentaires, car le fait de lier le marché immobilier aux opérations financières reste un choix relativement risqué, alors même que d’autres sources évoquent une situation de bulle sur l’immobilier chinois.

Relativement faibles valorisations

Une chose est sûre : le krach des dernières semaines a considérablement réduit les niveaux de valorisation des actions chinoises. « Le CSI 300 [autre indice chinois] est coté aujourd’hui à un niveau très raisonnable de 13,7x PE 2015 », explique Xinghang Li, faisant référence à une valorisation des actions en termes de PER (Price / Earnings ratio).

Or, poursuit-il, « nous attendons toujours une hausse de profits des sociétés chinoises de 20-25% en 2015. Les investisseurs locaux sont plutôt d’avis que nous nous trouvons actuellement à un point bas et qu’ils devraient s’orienter vers une hausse plus progressive à long terme ». Ainsi, au sujet de la récente baisse des actions, le gérant d’OFI AM explique : « il semble que ce panic-selling (…) soit dernière nous, et nous estimons que le marché devrait rentrer dans une phase plus rationnelle rapidement ».

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le lundi 13 juil 2015 à 15:57

    Zvr: tout est dit. Après 150% de hausse sur l'an dernier. Pas cela en France avant 2017

  • mjjmimi le lundi 13 juil 2015 à 11:29

    oui et alors vous me conseillez quoi ?

  • cachagui le vendredi 10 juil 2015 à 17:23

    Effectivement une correction salutaire..!

  • ZvR le vendredi 10 juil 2015 à 16:03

    Après 150% de hausse sur l'an dernier, 32% de baise ça ressemble plus à une prise de profit et une consolidation nécessaire. Avec des profits qui augmentent de 20 à 25% en 2015 Il y a quand même du potentiel.