Interpierre France: le devoir de croître

le
0

Interpierre France a poursuivi sa consolidation. La reprise de la collecte soutenue par de meilleurs résultats a permis d'effectuer un nouvel investissement et de procéder au désendettement de la SCPI.

Sans sacrifier à ses exigences de rentabilité, d'Interpierre France a poursuivi son redressement en 2013. Moyennant un rendement de 8,8%, une seule acquisition a été réalisée (3,6m€). Cet investissement révèle 2 points importants. D'abord, il confirme la reprise des investissements de la SCPI. Deuxio, il souligne un repositionnement stratégique en direction de bureaux et de locaux d'activité en France.

Parmi les éléments marquants, l'endettement net de 16 107k€ face à des actifs de 41 025 k€ a entraîné une réduction significative du taux d'endettement à 39,3 % (48% en 2012). En complément de statuts qui prévoient une provision pour gros travaux à hauteur de 3 % des loyers facturés, une dotation complémentaire de 2% annuelle a été passée. Cet effort sera reconduit jusqu'en 2016 en raison des exigences réglementaires et d'un patrimoine vieillissant. Enfin, signe d'une confiance qui revient, la collecte nette (4,65m€) signe la meilleure année pour la SCPI. Malgré tout, elle reste « très insuffisante pour une SCPI qui conjugue une forte rentabilité des actifs (8,5%), un endettement maîtrisé et une distribution qui devrait croître une fois la dette remboursée».

Malgré ses félicitations à la société de gestion pour le travail accompli, le conseil de surveillance insiste sur un taux d’occupation «préoccupant» soit 90,3% en moyenne sur l'exercice. Mais gageant sur la commercialisation active des locaux vacants il devrait être porté à «un niveau honorable en 2014 ».

En terme de résultats, le bénéfice a crû de 1,4m€ à 1,7m€. Il a permis de verser un dividende «une fois de plus en hausse» de 53,1€ (45€ en 2012) par part soit un taux de distribution de 5,1% contre 4,3% en 2012. De même le report à nouveau s'est renforcé. Il s'élève à 72€ par part comparé à 64€ un an plus tôt.

Dans l'ensemble, le conseil de surveillance estime les performances d'Interpierre France « globalement bonnes ». Elles devraient permettre la poursuite de sa renaissance. Pour cela Paref gestion indique qu'elle « va s'efforcer de mieux convaincre ses partenaires et clients de l'attrait d'une SCPI alliant rendement et valorisation ».


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant