Grèce : les marchés s'interrogent mais évitent la panique

le , mis à jour à 17:37
8

Le ''non'' au référendum grec ne provoquait pas de panique sur les marchés financiers lundi matin.
Le ''non'' au référendum grec ne provoquait pas de panique sur les marchés financiers lundi matin.

Lundi les marchés européens ont connu une séance de baisse relativement modérée après l’annonce de la victoire du « non » au référendum grec. Les investisseurs restaient plutôt attentistes alors que de nombreux scénarios semblent encore possibles.

Aucun doute que le « non » au référendum de dimanche provoque un certain nombre d’incertitudes économiques en Grèce à court et moyen terme. Néanmoins, même si les marchés européens ont clôturé en baisse lundi, ce repli est resté plutôt modéré.

En France, le CAC40 a terminé la séance à 4711 points, en baisse de 2,01%. L'indice parisien avait ouvert en matinée sur une baisse de 2,06%. Après avoir regagné une partie du terrain perdu en cours de journée, l'indice a finalement fait machine arrière en fin de séance, alors que les réactions des principaux négociateurs sur le dossier grec ont été très divergentes au cours de la journée (cf. suite de l'article).

Du côté des autres places européennes, le Dax allemand a perdu 1,52% lundi. Les indices des places d’Europe du Sud étaient un peu plus pénalisés. À Milan, l’indice FTSE MIB a terminé en baisse de 4,03% alors que l’Ibex espagnol s'est contracté de 2,22%, et que le PSI20 portugais a quant à lui perdu 3,81%. La Bourse d’Athènes reste quant à elle toujours fermée.

Démission inattendue de Yanis Varoufakis

Lundi matin, avant l'ouverture des marchés européens, l'annonce de la démission de Yanis Varoufakis s'est faite à la surprise générale, douchant au passage l'enthousiasme des partisans du "non" ayant fêté leur victoire dimanche soir dans le centre d'Athènes. Le ministre des Finances grec avait pourtant conditionné son maintien au sein du gouvernement à une victoire du "non" au référendum, acquise dimanche soir. Personne n'imaginait donc le ministre présenter sa démission ce lundi.

« Cette décision aurait été prise en accord avec le premier ministre Alexis Tsipras, pour faciliter la recherche d'un accord par ce dernier avec ses partenaires européens », expliquait en matinée le courtier Aurel BGC.

Selon l'AFP, « Alexis Tsipras a fait lundi un geste à l'égard de ses créditeurs avec le départ de son sulfureux ministre des finances Yannis Varoufakis, avant un sommet franco-allemand à Paris, crucial pour l'avenir de la Grèce dans l'Europe. L'annonce surprise a été faite par l'iconoclaste ministre grec, universitaire entré en politique il y a cinq mois, mais c'est bien Alexis Tsipras, premier chef d'un gouvernement de gauche radicale en Europe, qui a pris la décision de sacrifier ce collaborateur qu'il avait jusqu'ici soutenu contre les critiques de ses partenaires européens » (lire l'article détaillé).

Tous les regards tournés vers la BCE

Après la victoire du « non », l’évolution du dossier grec cette semaine va dépendre des décisions de la BCE, qui tient à bout de bras le sort des banques grecques via le plan d’aide d’urgence « ELA ».

« La banque centrale européenne peut-elle suspendre l'ELA ? », s’interrogeait Aurel BGC en matinée. « Si oui, elle condamne les banques grecques. Elles ne pourront plus faire face aux demandes de liquidité en urgence. M. Nowotny [membre du Conseil des gouverneurs de la BCE] a évoqué, vendredi, une solution à court terme d'une double monnaie. Mais, il est probable que la banque centrale va attendre quels jours et observer si une solution politique peut être trouvée ou non. Une chose semble de plus en plus probable : le 20 juillet, un défaut de la Grèce à une échéance d'obligations détenues par la BCE impliquerait un arrêt de l'ELA. Mais, avant cette date, il faut trouver une solution pour permettre une réouverture des banques grecques », expliquaient en matinée Christian Parisot, Jean-Louis Mourier et Fabien Laurenceau, économistes chez Aurel BGC.

Bataille sur la question du « Grexit » et la réouverture des discussions

Les réactions politiques ont pour le moins été divergentes lundi en cours de journée. En France, Alain Juppé a appelé de manière assez inattendue en tout début de matinée à « organiser » une sortie de la Grèce de la monnaie unique « sans drame » (lire l'article détaillé).

Ces propos ont été très rapidement contestés par Emmanuel Macron. « A titre personnel, je ne partage pas du tout cet avis » a-t-il déclaré, avant d'ajouter « il y a une responsabilité collective en terme de solidarité et de refinancement » (lire l'article détaillé). Le ministre de l’Economie avait déjà exprimé, avant la tenue du référendum, son désir de poursuivre les discussions avec la Grèce pour trouver la solution la moins pénible possible.

Du côté allemand, la ligne "dure" domine toujours. Le porte-parole de la chancelière Angela Merkel a expliqué que le gouvernement d’outre-Rhin « a pris connaissance du "non" clair exprimé et respecte ce résultat. Le gouvernement fédéral reste prêt au dialogue (...) mais compte tenu de la décision d'hier des citoyens grecs, les conditions pour des négociations sur un nouveau programme d'aide ne sont pas réunies », résumait l'AFP (lire l’article détaillé).

Sans évoquer directement le sujet, les ministres de l’Eurogroupe ont appelé le gouvernement grec à revenir à la table des négociations avec « de nouvelles propositions » en termes de réformes et d’économies budgétaires. Le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem a quant à lui déclaré à 14h : « les résultats du référendum (...) ne nous rapprochent pas d'une solution. En fait, le rejet des propositions rend les choses plus difficiles ». Une chose est sûre : une réunion de l’Eurogroupe aura lieu mardi à 11h. Alexis Tsipras avait lui-même appelé dimanche à une poursuite des discussions entre la Grèce et ses créanciers. Cette réunion de l'Eurogroupe précédera la tenue d'un sommet de la zone euro au cours duquel François Hollande et Angela Merkel discuteront de la ligne politique à adopter dans les nouvelles négociations à venir avec le gouvernement grec.

Vers 16h, Christine Lagarde, directrice du FMI, a quant à elle déclaré : « Nous surveillons la situation de près et nous nous tenons prêts à aider la Grèce si on nous en fait la demande ». Cette main tendue de la part du FMI n'était pas évidente, alors que la Grèce est en défaut de paiement auprès de l'institution depuis le 30 juin. Malgré cela, il n'est pas certain que le gouvernement grec souhaite de nouveau faire appel à l'aide du FMI, alors qu'Alexis Tsipras parlait d'alléger la dette grecque de 30% dans ses déclarations de vendredi dernier.

X. Bargue

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • f5gbi le mardi 7 juil 2015 à 17:46

    Allègement de 30% de la dette, soit 110 milliards, ajoutés aux 107 milliards déjà accordés par les investisseurs privés, ça fait 227 milliards, soit 9% du PIB français !!!

  • faites_c le mardi 7 juil 2015 à 17:09

    "Lundi les marchés européens ont connu une séance de baisse relativement modérée" J'adore les qualificatifs de ce genre : -2% c'est modéré alors que pour l'AFP la baisse de 0.5% du marché US est qualifiée de significative. Et 2 fois 2% cela reste modéré? Chez moi cela s'appelle un crack larvé et on va tout droit sur les 4300 points en espérant que l'on s'y arrête et que l'on ne plonge pas sur les 2300!

  • v.gehres le mardi 7 juil 2015 à 13:12

    Ca commence à être copieux sur certains titres mais il n'y a pas de panique hein ! Surtout pas de mots interdits ....

  • goufio2 le lundi 6 juil 2015 à 18:58

    mlemonn4 - Pareil pour moi

  • mlemonn4 le lundi 6 juil 2015 à 14:51

    Nous n'en serions pas là si nous avions eu des politicards responsables ; ils pensaient pouvoir s'arroger tous les droits en usurpant le pouvoir et le droit des peuples à leur souveraineté dans les choix de l'Europe! ce n'est qu'un début; attendez de voir les autres pays du Sud et la France quand sa dette et ses déficits monstrueux vont etre attaqués! Déjà que ces technocrates ont levé plus de 85 mds d'€ d'impots en vain sans aucun résultat sur les déficits, la dette, le chomage et la croissance

  • mlemonn4 le lundi 6 juil 2015 à 14:38

    Non, ils ne vont pas s'interroger très longtemps, ils vont bientot décrocher car l'Europe est morte et nous allons rentrer dans une zone de très fortes turbulences, ce que souhaitaient les anglo saxons et américains qui ont mis la main mise sur l'Europe et qui surtout voulaient implicitement son échec; C'ets d'ailleurs la raison pour laquelle nous retrouvons leurs technocrates au niveau européen qui décident pour les européens ! cherchez l'erreur !!!

  • M5216361 le lundi 6 juil 2015 à 12:09

    Veuillez m'excuser cela s'adresse aux commentaires sur l'article concernant Mr Juppé.Cordialement

  • M5216361 le lundi 6 juil 2015 à 12:06

    On se demande s'il y-a un modérateur et une charte sur ce site. Cela donne une piètre image de Boursorama qui fournit par ailleurs des services de qualité.Cordialement