Fed : « maintenir une politique de taux zéro n'a pas de sens » (Allianz GI)

le , mis à jour à 10:45
2

La Fed ne doit pas attendre plus longtemps pour relever ses taux, affirme Franck Dixmier.
La Fed ne doit pas attendre plus longtemps pour relever ses taux, affirme Franck Dixmier.

À la veille de la décision de la Fed sur ses taux, Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d’Allianz Global Investors, explique qu’il est urgent que la banque centrale américaine relève ses taux directeurs.

Même si la hausse tant attendue des taux directeurs de la Fed n’est pas pour jeudi prochain, il est important qu’elle ait lieu avant la fin de l’année, explique Franck Dixmier.

« Maintenir une politique de taux zéro n’a pas de sens »

« La Réserve fédérale n’a que de bonnes raisons d’augmenter ses taux avant la fin de l’année 2015 : l’économie américaine connait le plein emploi, le marché immobilier se porte bien, et la confiance des consommateurs est au plus haut », affirme-t-il.

« Dans ce contexte, maintenir plus longtemps  une politique de taux zéro n’a pas de sens. Compte tenu du délai de 12 à 18 mois nécessaire pour que l’impact des décisions de la banque centrale se fasse sentir sur l’économie réelle, ne pas agir rapidement pourrait même être source de risques, car la Fed se doit d’anticiper les pressions inflationnistes croissantes sur les salaires et se reconstituer des marges de manœuvre avant que le cycle ne soit trop mature », poursuit-il.

Surtout, pour le directeur des gestions obligataires d’Allianz GI, la Fed doit « lever toute ambigüité sur sa crédibilité. Paradoxalement, alors qu’elle a beaucoup insisté sur l’importance de sa "Forward Guidance" censée piloter au mieux les anticipations des investisseurs par une communication transparente,  son efficacité a été affaiblie par les récentes  prises de parole publiques divergentes de certains de ses membres. Alors qu’elle communique depuis plus d’un an sur la normalisation de sa politique monétaire,  les incertitudes qui se développent à la faveur de sa non-décision entament sa crédibilité ».

Regain de volatilité à attendre sur les marchés ?

« Dans ce contexte, nous ne serions pas surpris qu’un premier relèvement des taux "Fed funds" intervienne dès la réunion du 17 septembre, et en tout cas avant la fin l’année 2015. Compte tenu des anticipations actuelles des investisseurs sur une échéance plus tardive, une décision dès cette semaine devrait provoquer à court terme un pic de volatilité sur les marchés. Mais la levée des incertitudes ne pourra qu’être bénéfique dans un second temps », estime-t-il.

Sur la question de la volatilité des marchés en fonction de la décision prise par la Fed, les opinions divergent. D’autres sources affirment au contraire que, quelle que soit la décision de jeudi, les investisseurs devraient peu réagir. La hausse à venir des taux, probablement très faible, est en effet attendue de longue date et ne devrait pas constituer une véritable surprise.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Lire aussi sur Boursorama :

- Fed : une hausse des taux, oui, mais jusqu'où ? (Amundi)

- Fed : la décision de jeudi peut-elle déstabiliser les marchés ?

- « Flash Marché : Le labyrinthe de la FED » (KBL Richelieu)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • y.batard le mercredi 16 sept 2015 à 11:10

    « Maintenir une politique de taux zéro n’a pas de sens », bah si pour les financiers cela en a lorsqu'on observe la politique de taux 0 depuis des décennies du Japon et la carry trade permis...

  • fignar le mercredi 16 sept 2015 à 10:59

    les taux bas permettent aux états de financer leur déficit pour un cout proche de 0 %. Comme visiblement les montants disponibles sur le marché monétaire sont immenses ,il n'y a pas besoin de relever les taux pour attirer les investisseurs .Un peu d'inflation ne fera pas de mal ,surtout aux US ,où il est urgent de relever les bas salaires et l'inflation permettra d'effacer une partie des dettes .