EDF bondit en Bourse alors que sa sortie du CAC40 approche

le
4

EDF enregistre un fort rebond jeudi 10 décembre.
EDF enregistre un fort rebond jeudi 10 décembre.

Le titre EDF regagnait plus de 8% jeudi matin à la Bourse de Paris, enregistrant un rebond spectaculaire sur fond de relèvement de ses objectifs financiers. Le titre avait précédemment connu de nombreux déboires au cours des derniers mois.

« EDF a annoncé mercredi soir qu'il passerait de nouvelles dépréciations d'actifs dans ses comptes du second semestre mais le groupe a dans le même temps revu à la hausse son objectif de croissance de l'Ebitda pour 2015 », expliquait Reuters mercredi 9 décembre après clôture.

L’Ebitda est un terme comptable correspondant globalement au chiffre d’affaires auquel sont retranchés les coûts directs (salaires et dépenses autres que les intérêts financiers et les impôts).

Reuters ajoutait hier soir : « Le numéro un français de l'électricité précise dans un communiqué qu'il table désormais pour cette année sur une croissance organique de son Ebitda d'au moins 3% contre une prévision initiale comprise entre zéro et 3%. Il ajoute que des dépréciations d'actifs supplémentaires prévues pour le second semestre s'élèveront à 2,3 milliards d'euros ».

EDF a également précisé dans le même communiqué : « Ces dépréciations sont sans impact, ni sur la trésorerie du groupe ni sur le résultat net courant utilisé pour la détermination du dividende ».

Déclenchement à retardement pour le rebond du titre

Les opérateurs de marché semblent avoir hésité sur l’interprétation de ces nouveaux éléments financiers. Le titre EDF a d’abord ouvert à l’équilibre jeudi 10 décembre, avant de prendre progressivement son envol au cours de la première heure de cotation.

Alexandre Baradez, stratégiste chez IG, note qu’« à 9h42, Oddo a relevé ses prévisions sur le titre EDF en passant de "réduire" à "neutre" ». La nouvelle a pu participer à pousser encore davantage la hausse du titre entre 9h et 10h.

EDF avait précédemment chuté en Bourse depuis l’été, le titre du groupe s’échangeant à 12,6 euros mercredi 9 décembre contre 22 euros début août, soit une baisse de l’ordre de 40% en quatre mois. Hier, le titre EDF continuait de s’enfoncer à des plus bas historiques depuis l’introduction en Bourse du groupe en 2005, au prix de 32 euros par action.

La chute d’EDF au cours des derniers mois s’explique notamment par les perspectives ternes du groupe, qui fait face à un endettement élevé (37 milliards d’euros) alors que les investissements dans son parc vieillissant de centrales nucléaires vont devoir augmenter au cours des années à venir. Surtout, le groupe va reprendre l’année prochaine la filière « réacteurs » du groupe Areva, un sujet qui ne rassure pas la communauté financière alors qu’Areva avait enregistré des pertes financières massives en 2014.

Ce récent parcours chahuté a d’ailleurs conduit à la décision, en début de semaine, de sortir EDF du CAC40, l’indice phare des 40 entreprises les plus emblématiques de la cote parisienne. La sortie d’EDF sera effective le 21 décembre prochain, l’entreprise étant remplacée par Klépierre.

La hausse du jour sur le titre EDF, qui s’apparente plutôt à un rebond technique, ne remettra bien sûr pas en cause cette récente décision.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • degrowth il y a 12 mois

    tous les investisseurs dpuis 2005 sur le CAC40 vont indirectement vendre à perte cette valeur après l'avoir indirectement détenue depuis 2005. Félicitations au comité "scientifique" chargé de la composition de cet indice.(LoL)

  • mlemonn4 il y a 12 mois

    la valeur peut remonter avec la dégringolade qu'elle a connu !!!!

  • ttini il y a 12 mois

    moi j'ai joué à la hausse...de ma facture

  • SM7 il y a 12 mois

    Vu qu'EDF va être très lourdement plombée par AREVA et tous les investissements,pour le moins hasardeux, sur les marchés hors France je m'abstiendrais de parier sur la hausse de cette valeur énergie.