Dernière séance avant les élections grecques : Syriza toujours en tête des sondages

le
0

Les élections grecques de dimanche pourraient marquer un tournant politique majeur au sein de l'Union européenne.
Les élections grecques de dimanche pourraient marquer un tournant politique majeur au sein de l'Union européenne.

C'est dimanche 25 janvier qu'auront lieu les élections législatives en Grèce. La victoire de « Syriza » et de son leader Alexis Tsipras semble se confirmer alors que les sondages donnent toujours le parti gagnant malgré les remous qu'il suscite.

La Grèce pourrait écrire une nouvelle page de son histoire politique à partir de dimanche prochain. Royauté jusque dans les années 1960, dictature entre 1967 et 1974, puis démocratie libérale depuis maintenant 40 ans, le pays pourrait être le premier à « tester » une politique de gauche radicale dans le cadre de l'Union européenne.

Syriza toujours en tête des sondages

Depuis le début du mois de janvier, les résultats des sondages restent relativement stables. Selon l'un des derniers en date, publié par The Guardian le 19 janvier, « Syriza » (gauche radicale) arriverait en tête avec 35% des intentions de vote, devant la « Nouvelle Démocratie » (droite modérée actuellement au pouvoir), qui arrive tout de même au coude-à-coude avec 31% des intentions de vote.

Le troisième parti du pays reste ensuite loin derrière : il s'agit de To Potami (littéralement : « la rivière », parti globalement centriste), qui atteindrait un score de 6,5%. « Aube Dorée », le sulfureux parti d'extrême droite qui intrigue particulièrement les esprits occidentaux, arriverait quant à lui en quatrième place avec 6% des intentions de vote. Le vote « contestataire » grec aurait fui l'extrême droite au profit de l'extrême gauche.

À noter que le PASOK, équivalent grec du Parti socialiste français, serait quant à lui entre 3% et 5% des intentions de vote. Le parti est exsangue alors que son ancien dirigeant, Georges Papandréou, reste associé à la déroute du pays à partir de 2009-2010.

À noter qu'à 48 heures du vote, il resterait toujours 10% de votes indécis.

Pas d'inquiétude sur les marchés

On pouvait s'attendre à une séance boursière sous tension vendredi en prévision du vote de ce week-end. Pourtant, tous les indices européens restaient nettement « dans le vert » à la mi-séance, poursuivant leur progression de la veille suite aux annonces de la BCE survenues jeudi. L'indice Athex de la Bourse d'Athènes s'affichait même en nette hausse de 6% vendredi vers 14h.

Les inquiétudes autour du sort politique de la Grèce semblaient en effet s'apaiser par rapport au début du mois de janvier. La tension était maximale il y a encore deux semaines alors qu'Angela Merkel avait parlé de « sortir la Grèce de la zone euro » en cas de rejet de la politique d'austérité appliquée depuis cinq ans, comme le souhaiterait Syriza.

Depuis, la chancelière allemande est revenue sur ses propos et l'atmosphère semble plus encline au dialogue politique qu'à la confrontation. La chancelière a ainsi affirmé vendredi que « la population grecque va choisir de manière libre et indépendante la voie à suivre. Je suis sûre que nous trouverons tranquillement des solutions » (lire la dépêche AFP complète).

Surtout, les mesures de relance monétaire de la BCE annoncées hier apaisaient les tensions, l'afflux indirect de monnaie dans l'économie européenne pouvant participer à une reprise plus globale de la zone euro. L'optimisme semblait ainsi nettement l'emporter sur les craintes.

X.B.

D'après les derniers sondages et en tenant compte du système de représentation législatif gr
D'après les derniers sondages et en tenant compte du système de représentation législatif grec, Syriza pourrait obtenir 147 des 300 sièges du Parlement grec.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant