Croissance et bénéfices des entreprises : ''attention aux risques de révision à la baisse'' (OFI AM)

le
0

Les prévisions de croissance mondiale, mais aussi de croissance des bénéfices d'entreprises, pourraient encore être révisées à la baisse, ce qui ne sera pas neutre pour les marchés, avertit OFI AM.
Les prévisions de croissance mondiale, mais aussi de croissance des bénéfices d'entreprises, pourraient encore être révisées à la baisse, ce qui ne sera pas neutre pour les marchés, avertit OFI AM.

Avec la récente baisse des marchés, les actions sont revenues à un niveau de valorisation bien plus abordable qu’en début d’année, remarque OFI AM. Mais attention aux risques latents de révision à la baisse de certains grands indicateurs économiques, susceptibles de pénaliser les marchés.

En complément de ses réflexions sur l’ampleur des actuelles difficultés boursières, OFI Asset Management affiche sa prudence concernant l’économie mondiale.

Actions : les valorisations sont revenues proches des niveaux de long terme

Depuis l’été, les marchés sont très réactifs aux indicateurs mitigés sur l’économie mondiale. « Les marchés actions ont rapidement intégré le risque de ralentissement économique et son impact potentiel sur les résultats des entreprises », commente OFI AM.

En conséquence, la valorisation en bourse des entreprises par rapport à leurs bénéfices comptables est redevenue à un niveau plus « normal » qu’en début d’année. Cette valorisation est mesurée par le « PER » (price/earnings ratio).

« Les PER des actions mondiales sont ainsi rapidement retombés proche de leur moyenne long terme autour de 14,5/15 » commente OFI AM, mais la société de gestion souligne que ce chiffre est calculé « avec des prévisions de bénéfices qui n’ont pas été encore révisées ». Or, « Les bénéfices estimés des entreprises ont été révisés à la baisse ces dernières semaines, passant [notamment] de +17% à +14% en Europe en 2015 et de +14% à +12% en 2016 ». OFI AM s’interroge : « Ces estimations sont-elles fiables dans le nouveau contexte économique actuel ? Trop tôt pour y répondre, mais la dynamique semble incertaine ».

Point positif malgré tout : « le rendement des dividendes [est] désormais revenu autour de 4%, ce qui reste attractif par rapport aux marchés de taux », remarque la société de gestion. Autre point positif, si on peut le qualifier ainsi : « Les investisseurs deviennent beaucoup plus prudents, ce qui est bon signe », affirme la société de gestion, pour qui le « retour à la normale » des marchés, après un début d’année tonitruant, permet d’éviter de se trouver dans une situation de bulle boursière.

Economie mondiale : attention aux révisions à la baisse

Tout n’est évidemment pas rose pour autant. « La croissance mondiale est en décélération et pourrait passer sous le seuil des 3% », remarque ainsi OFI AM.

Certes, « aux États-Unis, les indicateurs sont volatils depuis le début de l’année, mais la croissance du T2 a été révisée à la hausse à +3,7%, ce qui confirme une reprise assez solide autour de 2,5%/3% (…). En Europe, la reprise est confirmée jusqu’à présent. La zone euro devrait avoisiner 1,5% [de croissance] en 2015 sous le triple effet de la baisse des taux, de l’euro contre le dollar et du pétrole ».

Cependant, « Plus globalement, et outre le cas de la Chine, le ralentissement dans les pays émergents tient à plusieurs facteurs : baisse des matières premières, manque de réformes structurelles, aléas géopolitiques », et cela risque d’entraîner une révision en baisse de la croissance mondiale par rapport aux actuelles prévisions, qui restent encore assez optimistes sur l’actuelle croissance des émergents et de la Chine. Un sujet très sensible pour les marchés.

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant