Capacité d'emprunt : jusqu'où sans se mettre en danger ?

le
0

La capacité d’emprunt est une notion fondamentale dans le milieu bancaire. En effet, la plupart des banques font office de garde-fou en refusant à un particulier d’emprunter au-delà de sa capacité. En général, son montant correspond à un tiers des revenus du foyer.

Étudier ses revenus et ses charges

Avant d’accorder un prêt quel qu’il soit, une banque étudie la capacité de remboursement. De votre côté, c’est une excellente façon de savoir si vous pouvez emprunter sans risque.
Pour connaître la capacité d’emprunt, l’organisme bancaire va donc commencer par calculer l’ensemble des revenus mensuels du foyer :
  • Les salaires ;
  • Les pensions ;
  • Ainsi que les revenus issus du patrimoine : des revenus locatifs ou des dividendes, par exemple ;
  • D’un autre côté, votre agence fera également le point sur vos dépenses mensuelles :
  • Les frais mensuels : nourriture, transports, charges du logement… ;
  • Les différents budgets. Par exemple, si vous possédez une voiture, la banque comptera un budget pour payer l’assurance et l’entretien ;
  • Les autres crédits en cours et qui doivent, eux aussi, être remboursés ;
  • Les impôts et taxes à payer ;
La banque évaluera également votre situation future : par exemple, si vous avez des enfants, la banque considérera aussi que dans un futur plus ou moins proche, il faudra financer leurs études.
En ayant à la fois les charges et les revenus, il suffit de soustraire l’un à l’autre pour obtenir ce que l’on nomme le « reste à vivre », c’est-à-dire ce qu’il reste au foyer pour terminer le mois. Ainsi, plus votre reste à vivre sera important, plus vous pourrez emprunter sans risque.

Le taux d’endettement : un tiers des revenus

En règle générale, les banques ne se limitent pas à une simple estimation de votre reste à vivre. Elles se fixent une limite chiffrée : celle du taux d’endettement à 33%.
En d’autres termes, au moment d’emprunter, votre banque reprend vos revenus mensuels. Elle estime alors que si les mensualités de remboursement dépassent un tiers de ces revenus, alors l’emprunt est trop risqué. Par exemple, si un foyer touche 3 600 € de revenus par mois, la totalité des mensualités à rembourser ne devra pas excéder 1 200 € (3 600 / 3).
À noter que ce taux, bien qu’il soit généralisé dans les banques, n’a aucune existence légale : c’est simplement une sécurité tacite. Mais pour vous, c’est aussi une incitation à ne pas emprunter plus que vous ne le pouvez.

Trucs et Astuces

Si vous avez le moindre doute sur l’avenir, par exemple, si vous exercez un travail dangereux, ne flirtez pas avec la limite d’emprunt : s’il vous arrive quelque chose, votre prêt serait plus difficile à rembourser. Cela dit, vous pouvez y remédier en contractant une assurance qui compensera votre perte de revenus. En outre, c’est un bon moyen de rassurer votre banquier, et donc de décrocher un prêt.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant