Assurance vie : le fonds en euros devient-il risqué ?

le , mis à jour le
6
Représentant plus de 82% des encours placés dans les contrats d'assurance vie en France, le fonds en euros est composé essentiellement de titres obligataires (83%) dont près de la moitié sont émis par des États. (© Fotolia)
Représentant plus de 82% des encours placés dans les contrats d'assurance vie en France, le fonds en euros est composé essentiellement de titres obligataires (83%) dont près de la moitié sont émis par des États. (© Fotolia)

L’assurance vie en euros devient-elle risquée ou non ? C’est la question que se posent depuis plusieurs années de nombreux lecteurs du Revenu parmi les millions de souscripteurs d’assurance vie. Certains craignent pour la sécurité de leur contrat, investi le plus souvent dans le fonds en euros. La forte baisse de l’ensemble des taux obligataires – l’OAT dix ans de l’État français ne rapportait que 0,45 % le 24 mars dernier – conjuguée à l’endettement colos­sal et croissant des États (la France l’est à hauteur de près de 100 % de son produit intérieur brut) a de quoi déconcer­ter.

Le fonds en euros, élément central d’un contrat d’assurance vie, est concerné par les incertitudes financières actuelles. Représentant plus de 82 % des encours placés dans les contrats d’assurance vie en France (soit 1 300 milliards d’euros environ), il est composé essentiellement de titres obligataires (83 %) dont près de la moitié sont émis par des États. Le Revenu ne croit pas, pour l’instant, que vous courriez un risque à placer vos écono­mies dans les fonds en euros des contrats vie. Ce placement a su à maintes reprises prouver sa résistance en période de crise, les compa­gnies d’assurances étant parti­culièrement solides et obligées de respecter des normes strictes.

Peu de risques majeurs pour l’assurance vie

Toutefois, l’environnement actuel n’est pas sans aléas. Les politiques

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 8 mois

    en ce moment j'ai des fruitiers en fleurs, pas une seule abeille qui vole avec ce temps trois et pou rris … enfin , j'espère aussi que c'est pas les pesticides les responsables … bref si tout s'écroule c'est pas le potager qui pourra tout fournir, une grande aide c'est certain

  • M1945416 il y a 8 mois

    M332 , ok avec vous sauf qu'il faut un sacré potagé pour pouvoir nourrir sa famille ;-) , et les derniers temps , avec cette météo détraqué,les nuisibles , les maladies , je peux vous assurer , que c'est pas facile d'avoir des récotes

  • akelacca il y a 8 mois

    Les fonds euros sont un bon placement d'attente. Ils ne sont pas fait pour rapporter des fortunes, juste pour que l'argent ne dorme pas entre deux placements en unités de comptes.

  • M140210 il y a 8 mois

    Une exception française fabriquée sur mesure par l'état pour placer l'argent de ses dépenses irraisonnées.

  • M3329501 il y a 8 mois

    Article très intéressant et mesuré, qui permet de se faire une opinion. Comme toujours j'en tire la même conclusion : un peu de fonds en euros, oui, mais pas tous les oeufs dans le même panier. Même si le rendement diminue encore de moitié, avec une inflation quasi nulle ça rapportera encore un peu. Un peu d'actions et d'obligations pour compléter, un peu d'immo si on peut, sans oublier un bout de jardin pour cultiver des patates si un jour tout s'effondre... pour pouvoir au moins manger !

  • degrowth il y a 8 mois

    Les fonds en euro seront toujours moins risqués que des obligations détenues via des OPCVM . leur intérêt pour le souscripteur reste la garantie du capital. Si leur rendement tend vers 0 il sera toujours temps de sortir .