1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Quatre astuces à connaître pour partir au ski sans se ruiner
Le Figaro08/02/2019 à 05:45

Quatre astuces à connaître pour partir au ski sans se ruiner (Crédits photo : Unsplash - Emma Paillex )

Entre hébergement, déplacement, forfait et location de matériels, les séjours au ski sont bien souvent connus comme les vacances les plus chères et restent inabordables pour une partie des Français. À la veille des vacances de février, Le Figaro vous propose six astuces pour partir au ski sans se ruiner.

C'est bien connu, les vacances au ski nécessitent souvent un budget conséquent. Tandis que seule une personne sur dix part au ski tous les ans, 65% des Français déclarent n'y être jamais allés, selon l'institut de recherche Credoc. Pourtant, l'attrait des familles pour les séjours à la montage demeure important, puisqu'un séjour sur deux au ski en France se fait avec des enfants. Pour un groupe ou une famille de quatre personnes, entre hébergement, matériel et forfait de ski, les dépenses varient de 1500 euros à plus de 3000 euros selon les stations. Des prix qui cachent de grades disparités en fonction de la station de skis choisie, selon le palmarès établi par l'agence de voyages en ligne Locasun.

Si près de neuf Français sur dix optent pour les domaines skiables alpins, selon l'Observatoire des domaines skiables de France, ces stations s'avèrent également être parmi les plus onéreuses du pays. Sans surprise, les petites stations de montagnes, moins connues du public, présentent bien souvent des prix plus avantageux pour le logement, qui représente en moyenne plus de 30% du budget total. Tandis qu'il faut débourser plus de 1400 euros pour un logement à Val d'Isère, Megève ou encore Mérbil, un budget de 550 à 650 euros sera suffisant pour un séjour dans les petites stations de Guzet Neige ou Cauterets. Il est également préférable d'effectuer une réservation d'hôtel ou de logement plus tôt afin de réaliser quelques économies.

oÉchanger son logement ou acheter son séjour aux enchères

Mais depuis quelques années, le système d'échange de logement semble également séduire de plus en plus de skieurs, désireux de réaliser des économies et découvrir une nouvelle manière de voyager. De fait, il existe quelques plateformes en ligne qui proposent ces services spécialisés, tel que le site homeexchange.com, où les Français peuvent échanger leur appartement contre un séjour dans un chalet de montagne. Par ailleurs, des sites vous proposent même de réserver votre séjour au ski grâce à un système d'enchère. Le site Loisirs Enchères est pionnier dans la pratique, et démarre systématiquement chaque enchère à un euro. Ainsi, la personne ayant fait la mise la plus importante à la fin du compte à rebours remporte le voyage. Une aubaine pour les professionnels de l'hôtellerie en période hors saison, qui voit leur taux d'occupation augmenter d'environ 20 à 25% pendant l'année.

oLe covoiturage de plus en plus sollicité par les Français

Après le logement, le forfait et le transport représentent les postes de dépenses les plus importants pour un voyage au ski. Outre les tarifs publiés par Domaines Skiables de France, des plateformes telles que Labbellemontagne ou passemontagne.fr, proposent des réductions sur les forfaits semaine et week-end.

Côté transport, la SNCF propose le forfait SKIRAIL pour les adeptes du train de la région Occitanie, et ce jusqu'au 31 mars 2019, afin de bénéficier d'une réduction de 50% sur le billet TER aller-retour. L'offre diminue également le prix du forfait remontée mécanique de 10 à 50% dans les stations de ski partenaires, telles que les domaines d'AscouPalhères, Ax 3 Domaines ou encore Guzet. Certains vacanciers misent par ailleurs sur le covoiturage proposé par de nombreuses plateformes en ligne, afin de réduire leurs frais d'essences et de péages. À titre d'exemple un trajet de Paris à Chamonix ne coûtera qu'une quarantaine d'euros à un couple ayant opté pour le covoiturage.

oRéserver son matériel de skis pour réaliser des économies

Autre poste de dépense salé, la location ou l'achat de ski. Pour faire de bonnes affaires et éviter les longues files d'attente, les skieurs peuvent réserver leur matériel en ligne sur des sites spécialisés, tel que le leader du marché Skimium.com ou ski-chic.com, qui proposent des articles avec jusqu'à 60% de réduction et des offres de pack pour les familles. Les grandes enseignes des stations de ski proposent également ces services de réservations à des prix plus avantageux qu'en boutique. Par ailleurs, il existe une démarche pour l'heure un peu plus confidentielle mais en plein essor: la location de skis entre particuliers. Ainsi, des sites tels que Zilok.com, offre la possibilité de louer du matériel d'occasion à un particulier, en réalisant jusqu'à 50% d'économies par rapport à la location à un professionnel.

o Profiter de la montage hors congés scolaires

Les vacances au ski hors vacances scolaires offrent également quelques avantages et des tarifs de location bien plus attractifs. De fait, certaines stations de ski, tel que Orcières, les 2 Alpes ou encore Les Karelis, proposent même des dispositifs spéciaux «Cartable à la neige», avec au programme des cours de ski la matinée et une aide aux devoirs l'après-midi avec un enseignant engagé par la station. Néanmoins, le ministère de l'Éducation nationale, peu friant de cette pratique, met à point d'honneur à rappeler sur son site que les vacances en famille ne doivent pas se faire «à la carte» afin de ne pas perturber la scolarité des enfants.

Autre astuce, certaines familles n'hésitent plus à s'approvisionner à l'avance pour certains produits alimentaires, afin de réduire leurs dépenses dans les supermarchés d'altitude qui augmentent leur prix en période d'affluence.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer