1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Pourquoi l'argent des Français dort-il ?
Boursorama avec Pratique.fr12/02/2019 à 09:30

440 milliards d'euros : c'est le total des sommes qui dorment sur les comptes courants des Français. Ce montant, qui a plus que doublé en dix ans, ne profite ni à l'économie ni aux ménages. Alors pourquoi les français tournent-ils le dos à l'épargne rémunératrice et quelles en sont les conséquences ?

iStock.com-sasimoto

Baisse des taux et contexte économique

Il existe deux raisons principales pour lesquelles les Français privilégient le bas de laine plutôt que des placements rémunérateurs. La première est la baisse des taux du livret A et des livrets bancaires. Alors que le Livret A a longtemps été le placement préféré des Français, il est aujourd'hui de plus en plus délaissé. Avec un taux de rémunération descendu à 0,75 %, alors que son taux d'intérêt a pu atteindre 2,25 % il y a encore quelques années, il ne couvre plus le taux d'inflation qui tourne aux alentours de 2 %. Bien qu'il soit préférable d'épargner sur un Livret A pour limiter la perte de pouvoir d'achat liée à l'inflation, le Livret A n'est plus considéré comme un placement rentable. Quant aux livrets d'épargne bancaire, ils n'ont que peu d'intérêt pour une rémunération à long terme, leur principal avantage étant une offre commerciale (généralement des taux d'intérêts gonflés) sur une durée de quelques mois. La seconde raison qui explique cette tendance à laisser dormir son argent est évidemment le contexte économique. Depuis la crise économique, les Français évitent de prendre des risques et se méfient des produits financiers. Faire un « dépôt à vue » (déposer de l'argent sur son compte) peut être alors qualifié d'épargne de prudence pour les ménages français.

Les conséquences économiques

Cette rétention de capitaux dormants, si elle n'est pas risquée en soi, a malgré tout des conséquences économiques. D'une part, c'est une perte d'argent pour l'économie puisque les capitaux ne sont pas utilisés ; c'est de l'argent gelé. D'autre part, c'est une perte de revenus pour les détenteurs de comptes courants, ceux-ci n'étant pas rémunérés. Ainsi, à cause de l'inflation, leur pouvoir d'achat diminue face à la hausse des prix. Placer son argent reste donc une solution plus judicieuse que le bas de laine même si les placements financiers peuvent paraître risqués, compte tenu de la conjoncture économique, ou peu rémunérateurs. Pour ce faire, il appartient à l'épargnant de bien choisir ses produits d'épargne en se posant les bonnes questions concernant l'objectif de l'investissement, sa durée et les risques. Il pourra alors se tourner vers une épargne de précaution (pour contrer un imprévu), épargner pour un projet (financer des études, acquérir un bien immobilier) ou se constituer un capital pour la retraite. Suivant les situations personnelles, les principaux placements financiers proposés restent les livrets défiscalisés (Livret A ou Livret de Développement Durable), le Plan d'Épargne en Actions (PEA) ou l'assurance-vie.

Choisir son epargne

Pour placer son épargne, trois principes sont à respecter : la diversification pour limiter les risques et s'assurer de la rentabilité, la disponibilité pour éviter d'être bloqué en cas d'imprévu et la souplesse pour faciliter les transferts de fonds entre un support risqué et un support sécurisé.

36 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • c.voyant
    12 février16:50

    Une plu valu immobilière non réalisée est une perte sèche, se sont donc des centaines de milliards qui dorment et qui seront surement perdus aux décès des propriétaires privés.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer