Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Plan épargne retraite : ces erreurs à ne pas faire
information fournie par Boursorama avec LabSense03/04/2024 à 08:30

Le plan épargne-retraite est un produit d’épargne intéressant, à condition de bien savoir l’utiliser. Voici un aperçu des subtilités du PER et des pièges à éviter pour optimiser son placement et maximiser sa réduction fiscale.

Plan épargne retraite / ces erreurs à ne pas faire-iStock-Jacob Wackerhausen.jpg

Plan épargne retraite / ces erreurs à ne pas faire-iStock-Jacob Wackerhausen.jpg

Ouvrir son PER au bon moment et anticiper ses déductions fiscales

Le PER est un produit d’épargne qui permet d’économiser durant sa vie active pour obtenir un capital ou une rente supplémentaire au moment de la retraite. Contrairement aux idées reçues, l’ouverture d’un PER n’est pas aussi simple que cela. Pour pouvoir bénéficier d’une réduction d’impôt, il convient donc d’ouvrir son PER plusieurs semaines avant la fin de l’année fiscale et effectuer les versements qui permettront d’obtenir une déduction fiscale. À noter : Le PER offre une déduction d’impôt qui correspond au montant des cotisations effectuées multiplié par le taux marginal d’imposition (TMI). Pour 5 000 euros de cotisations effectuées sur un PER avant le 31 décembre avec un TMI de 30 %, la déduction d’impôt (5000 x 30 %) est de 1 500 euros.

Inclure le PER dans une stratégie d’épargne globale

Sauf déblocage anticipé (achat d’une résidence principale ou certains accidents de la vie), les fonds versés sur le PER sont bloqués jusqu’au moment de la retraite. Le PER doit donc être considéré comme un produit spécifique au sein d’une stratégie d’épargne plus large, incluant plusieurs enveloppes d’épargne disponibles qui permettront de financer des situations d’urgence ou des projets de vie.

Choisir la bonne option de déductibilité

Les nouveaux PER permettent deux types de traitements fiscaux : le versement déductible (qui offre une déduction d’impôt) ou le versement non déductible (qui n’offre aucun avantage fiscal à l’ouverture). La déductibilité fiscale est avantageuse dans le cas où l’on a de l’impôt à déduire. Cependant, en cas d’une déduction faible ou nulle, il convient de choisir la seconde option. Un TMI faible et un montant déductible minime pourraient affecter la fiscalité à la sortie du PER. À noter : la déductibilité fiscale est plus avantageuse avec de fortes cotisations et un TMI élevé. Le PER présente donc peu d’intérêts d’un point de vue fiscal pour les foyers peu imposés ou non imposables.

Connaître le mode de gestion et les différents frais

Lors de l’ouverture d’un PER, il est important de connaître les différents modes de gestion proposés. Une gestion pilotée intervient par défaut. Cela implique que les investissements sont orientés vers des supports permettant de générer le meilleur rendement possible les premières années. Les investissements sont moins risqués avec le temps afin de sécuriser les fonds au moment de la retraite. Avec une gestion sous mandat, les épargnants choisissent les supports sur lesquels ils souhaitent investir en fonction de leur stratégie d’investissement. Ensuite, les frais associés au PER sont nombreux et peuvent impacter la performance globale du produit. Il est donc essentiel de les connaître et d’en tenir compte dans sa stratégie d’épargne. Les frais d’adhésion sont habituellement perçus sous forme d’indemnité unique au moment de l’ouverture du contrat. Les frais de gestion, qui rémunèrent le gestionnaire pour le traitement administratif du contrat et la gestion des fonds, varient entre 0,5 % et 1,5 %. Les frais sur versement, qui couvrent les dépenses de commercialisation supportées par la compagnie d’assurance, sont déduits des sommes investies. Enfin, les frais d’arbitrage (0,5 % à 3 % du montant arbitré) sont prélevés s’il y a une modification de la répartition du contrat (unités de compte, fonds en euros). Les arbitrages peuvent être automatiques ou effectués à la demande des épargnants. À noter : une bonne connaissance des frais permet de mieux anticiper le coût et la rentabilité de son PER sur le long terme.

2 commentaires

  • 03 avril19:22

    Mauvais plan. Achat d'or que l'on enterre ou en coffre à la banque est la bonne solution.


Signaler le commentaire

Fermer