Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Payer les conducteurs à la place des passagers : comment Rouen veut encourager le covoiturage
information fournie par Le Figaro19/10/2021 à 17:58

Pour faciliter la décongestion du trafic routier, la métropole normande a décidé de financer les trajets de covoiturage planifiés avec l'application Klaxit.

Autosolisme : action de circuler seul dans sa voiture. La pratique est ultra-dominante. À Rouen, le nombre moyen de personnes par voiture est de 1,1, ce qui correspond environ à la moyenne nationale. Un chiffre qui semble d'autant plus absurde au vu des kilomètres de bouchon enregistrés chaque année, dans la ville normande comme ailleurs.

» LIRE AUSSI - Coup d’accélérateur en vue pour les voies réservées au covoiturage

Pour rationaliser le recours au mode de transport automobile, la métropole rouennaise a décidé d'encourager le covoiturage en déchargeant les passagers des frais de covoiturage pour tout trajet planifié avec l'application Klaxit, leader européen du covoiturage domicile-travail. «On a cherché l'application qui correspondait le mieux à nos besoins. Klaxit nous paraissait plus adapté à la planification des trajets pendulaires que Blabla Car, conçu davantage pour les longues distances occasionnelles» explique Nicolas Mayer-Rossignol, maire de la métropole de Rouen.

Popularité croissante

Pour qu'un trajet soit éligible à ce soutien financier, il suffit que son point de départ ou d'arrivée soit situé au sein de la métropole. Chaque conducteur se voit verser une gratification au tarif de 10 centimes par kilomètre et par personne, avec un plancher de 2 euros et un plafond de 4 euros. La métropole met également en place un service de garantie avec l'envoi d'une voiture aux passagers qui se retrouvent sans conducteur. Lancée il y a un an à titre d'expérimentation, l'initiative a été généralisée le mois dernier. Au 15 octobre, elle comptait 4500 personnes inscrites, soit 2000 supplémentaires en trois semaines, pour une rémunération moyenne de 2,40 euros.

» LIRE AUSSI - Transports en commun : Jean Castex dévoile les 162 projets soutenus par le gouvernement

Dans le même temps, la métropole affirme développer l'offre de transports publics, pour lesquels elle a mis en place la gratuité le samedi. Elle voit le covoiturage comme une solution complémentaire, particulièrement adaptée aux habitants qui vivent hors milieu urbain, où il est difficile de mettre en place un maillage efficace des lignes de transport en commun. Autre avantage, cette solution ne nécessite pas d'accord entre communauté de communes pour les utilisateurs résidant en dehors de la métropole de Rouen. Un atout au regard de l'importance de ces flux entrant-sortant.

0 commentaire

Annonces immobilières