Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Liquidation : si l'entreprise va mal, la voiture de fonction du dirigeant est en trop
Boursorama avec Newsgene06/07/2020 à 17:00

Liquidation : si l'entreprise va mal, la voiture de fonction du dirigeant est en trop

En mars dernier cependant, la Cour avait jugé qu'un dirigeant d'entreprise avait le droit de se verser une rémunération excessive.

Le dirigeant d'entreprise qui utilise une voiture aux frais de la société s'expose à des sanctions en cas de difficultés économiques. La Cour de cassation* l'a rappelé dans le cas d'un patron dont l'entreprise, avec un chiffre d'affaires de plusieurs millions d'euros, assumait la location de sa voiture pour moins de 1.700 euros par mois.

Le liquidateur met en cause le dirigeant

Après plusieurs années de bon fonctionnement, l'entreprise de bâtiment était tombée en faillite du fait de factures impayées par des clients. Le liquidateur, estimant que le dirigeant avait commis des fautes, a obtenu qu'il soit notamment sanctionné par une interdiction de gérer de six ans. Il lui reprochait d'avoir poursuivi l'exploitation dans un intérêt personnel qui se résumait à la perception d'une rémunération de 2.300 euros par mois et à l'utilisation du véhicule loué par la société pour près de 1.700 euros.

La sanction est disproportionnée, soutenait ce chef d'entreprise jugé irréprochable par ailleurs, n'ayant pas détourné un sou, s'étant démené pour obtenir des délais de ses créanciers et pour faire payer ses débiteurs.

Disproportionné au regard des capacités de la société

Mais ce patron n'avait pas remis en question la location de son véhicule dont le montant était manifestement disproportionné au regard des capacités de la société, ni les sommes qu'il s'est versées, a jugé la Cour, et dès lors la poursuite d'un intérêt personnel dans l'activité déficitaire est caractérisée.

En mars dernier cependant, la Cour avait jugé qu'un dirigeant d'entreprise avait le droit de se verser une rémunération excessive, même si celle-ci mettait en péril la société qui n'en avait pas les moyens. Elle avait alors rejeté la demande de sanction du dirigeant, présentée par le liquidateur.

*Cass. Com, 17.6.2020, T 18-23.088 et 11.3.2020, R 18-24.052

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer