Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Linky: UFC-Que Choisir lance une pétition pour dénoncer le financement des compteurs

Le Figaro09/03/2018 à 18:05

L'FC Que Choisir dénonce le coût d'installation des compteurs Linky en se basant sur le rapport de la Cour des Comptes ( Crédits : Pexels )

L'association de consommateurs a lancé jeudi une pétition pour dénoncer le coût du déploiement par Enedis des compteurs Linky pour les consommateurs. Elle s'appuie notamment sur le rapport de la Cour des Comptes qui mettait en avant les limites de ce nouvel outil.

Le compteur Linky n'en finit pas de susciter la colère des usagers. Les opposants à son déploiement massif critiquent les nombreux dysfonctionnements après la pose des compteurs. Ils ont fait également part de leurs craintes concernant les risques liés à l'exposition aux ondes ainsi que ceux concernant la collecte et la protection des données.

Dernier sujet de polémique en date, son coût: l'UFC-Que Choisir a décider de lancer jeudi une pétition pour dénoncer le fait que l'installation des compteurs intelligents Linky par Enedis soit uniquement financée par les consommateurs. En décembre dernier, plus de 7 millions compteurs avaient déjà été installés dans 4200 communes. Enedis espère atteindre les 35 millions d'ici fin 2021.

Alors qu'un compteur coûte 130€ (pose comprise), les consommateurs verront cette somme se répercuter graduellement sur leurs factures d'électricité. Outre le prix, l'UFC-Que Choisir dénonce le faible intérêt obtenu en retour pour les consommateurs. «Vous allez payer 15 € par an pendant 10 ans pour permettre à Enedis d'installer un compteur communicant pour lequel vous n'avez aucune contrepartie», indique la pétition. En réponse à ce constat, l'association de défense des consommateurs formule deux demandes précises: «améliorer le dispositif, particulièrement au niveau de l'information des usagers sur leur consommation» et «revoir les conditions de financement du compteur».

«Coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis»

L'UFC-Que Choisir s'appuie sur le rapport annuel 2018 de la Cour des Comptes, publié en février dernier, qui avait souligné certains points problématiques dans le déploiement des nouveaux compteurs. Le document avait jugé ce nouvel outil «coûteux pour le consommateur mais avantageux pour Enedis». «L'objectif est de faire pression pour que les propositions de la Cour des Comptes soient effectives, sur le mode de financement et la maîtrise de la consommation», explique Nicolas Mouchnino, chargé de mission énergie et environnement chez UFC-Que Choisir.

Pour l'association des consommateurs, la rémunération accordée à Enedis n'est pas justifiée. «Les niveaux accordés à Enedis sont très élevés, bien au-delà du raisonnable, alors que l'entreprise ne prend aucun risque et que les gains ne vont pas partir en investissement sur le réseau. On ne voit pas pourquoi ce serait aux consommateurs de payer», constate Nicolas Mouchnino. La Cour des Comptes a en effet pointé un surcoût d'environ 50 millions d'euros au bénéfice d'Enedis. Cette somme correspond à l'écart entre le coût de déploiement pour la filiale d'EDF chargée du réseau de distribution électrique et le tarif fixé par le Commission de régulation de l'énergie que paiera le consommateur. Afin de couvrir notamment les coûts liés aux compteurs et à leur installation, le consommateur devra ainsi payer 150 € répartis sur dix ans, d'après l'UFC.

Par ailleurs, Linky ne permet pas pour le moment au consommateur de mieux maîtriser sa consommation d'énergie, pourtant un des objectifs affichés pour le compteur, précise l'UFC. Nicolas Mouchnino, qui souligne pourtant la «forte potentialité de Linky», mentionne notamment l'enjeu de la transmission en temps réel de la consommation énergétique, pour l'instant non effective. Celle-ci pourrait permettre un éventuel effacement de consommateurs en cas de pics imprévus ou en cas de surconsommation, de repérer rapidement quels sont les appareils concernés avant que cela ne se répercute sur la facture des consommateurs. «Le risque d'un compteur tellement compliqué à lire et à paramétrer pour le consommateur est qu'il s'en détourne», conclut le chargé de mission d'UFC.

«Le coût du compteur Linky est neutre pour les clients»

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a réagi en affirmant que «son financement sera totalement neutre pour les clients grâce aux nombreux gains que ces compteurs permettront, notamment pour maîtriser la demande d'énergie: au global, leur facture n'en sera pas affectée», peut-on lire dans un communiqué publié ce vendredi.

De son côté, Enedis a expliqué que «le coût du compteur Linky est neutre pour les clients». «Ni le compteur, ni l'intervention de remplacement ne leur sont facturés. Par ailleurs, les économies réalisées grâce à cette nouvelle technologie permettent d'équilibrer les dépenses. Quant à la rémunération du projet, elle a été évaluée par la commission de régulation de l'énergie qui l'encadre depuis 2007», a précisé l'entreprise en réaction à la pétition de l'UFC. Ce vendredi en milieu d'après-midi, elle avait rassemblé plus de 80 000 signatures.

35 millions de compteurs prévus d'ici 2021

Afin de moderniser le parc des compteurs électriques français, Enedis a commencé à installer ces premiers compteurs intelligents à la fin de l'année 2015. Linky doit ainsi permettre de mesurer la consommation réelle dans le but de fournir une facture plus précise que celles habituellement basées sur des estimations. Les informations sont directement envoyées au fournisseur d'énergie, ne rendant plus nécessaire la visite d'un technicien pour relever le compteur. Dans le cadre de la transition énergétique, il doit favoriser la réduction et l'optimisation de la consommation d'énergie.

Mais ce nouveau compteur est loin de faire l'unanimité.

20 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • jhbhth
    11 mars11:40

    avec ce compteur, plus besoin d'être présent pour le relevé, ça fait 15 ans qu'EDF me propose systématiquement des relevés entre 13 et 15 h pour 2 logements différents (RP et RS), de quoi flinguer une journée entière et pas une demi-journée...

    Signaler un abus

  • nlecomte
    10 mars09:26

    linkyi c pour économiser du personnel ,et réduire les cout , la concurrence est rude ,edf n'est plus seul

    Signaler un abus

  • aiki41
    10 mars07:12

    Nos dirigeants savent très bien que les français sont des vaches à lait qui ne meuglent jamais et baisse toujours la tête. Même lors des élections ils sont incapables de mettre le bulletin ad hoc dans l'urne, ils préfèrent revoter pour ceux qui se plaisent à les tondre.

    Signaler un abus

  • M1175512
    09 mars23:55

    Concernant les ondes émises par les boîtiers, on se demande pourquoi de nombreux pays ont d'ores et déjà interdit le déploiement du CPL. C'est une aberration, on fait circuler des signaux HF sur des lignes non blindées qui rayonnent partout dans les habitations, pire que le Wifi. Dans quelques années on s'étonnera de l'explosion des cas de cancers liés au CPL.

    Signaler un abus

  • M1175512
    09 mars23:54

    Pourquoi payer quelque chose qui n'apporte aucun service au consommateur ? Encore une façon de traire la vache qui n'a plus beaucoup de lait...

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.