Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Les faillites d’agences immobilières explosent et ce n’est pas fini
information fournie par Le Figaro 12/06/2024 à 16:50

(Crédits photo : Adobe Stock -  )

(Crédits photo : Adobe Stock - )

Entre mai 2023 et avril 2024, 1120 agences ont fait faillite, soit plus de deux fois plus en un an. Un nombre qui pourrait finir dépasser le maximum de 1400 faillites atteint en 2009.

Le nombre de faillites d'agences immobilières explose et devrait dépasser son record datant de la crise de 2009, a prévenu mercredi la Fédération nationale de l'immobilier (Fnaim). Entre mai 2023 et avril 2024, 1120 agences ont fait faillite, soit plus de deux fois plus (+114%) en un an, selon la Fnaim. « Cette tendance se poursuit », a observé son président, Loïc Cantin, et le nombre de défaillances devrait dépasser le record de 1385 atteint en juillet 2009, en pleine crise.

Les conséquences sur l'emploi touchent surtout les agents commerciaux, à leur compte et rémunérés à la transaction, dont le nombre a fondu de 15% en moins d'un an, quand celui des agents salariés est resté stable. « Bien évidemment, nos entreprises sont fragilisées dans un contexte de réduction de l'activité, dans un contexte où les transactions sont difficiles, le financement est moins accessible, et les contraintes sont de plus en plus grandes », a affirmé Loïc Cantin.

En 2023, 887 agences immobilières s'étaient déclarées en cessation de paiements et 23 autres avaient engagé des procédures de sauvegarde, soit un total de 910 agences immobilières défaillantes, avançait au Figaro le cabinet Altares, grand spécialiste de la question.

La menace de l'instabilité politique

Le nombre de transactions, qui continue de baisser, devrait se stabiliser autour de 800.000 par an et poser « les conditions préalables à un redémarrage du marché », a-t-il espéré. La stabilisation des ventes est favorisée par la baisse des prix immobiliers, qui concerne désormais tous les types de territoires. Mais les prévisions de l'organisation pourraient être chamboulées par l'instabilité politique, accentuée par la progression de l'extrême droite aux élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nationale qui l'a suivie en France.

« Les marchés répondent à l'instabilité politique, et l'instabilité politique peut amener une crise du crédit et une crise financière dans notre pays; donc c'est un indicateur que nous surveillerons particulièrement », a promis Loïc Cantin. Au sujet d'une possible arrivée au pouvoir de l'extrême droite à l'issue des élections législatives des 30 juin et 7 juillet, « quelles que soient les solutions économiques qui peuvent être proposées, (...) nous, on jouera toujours notre rôle d'arbitres et de médiateurs », a-t-il soutenu. Le président de la Fnaim a toutefois rappelé le « désaccord fondamental » de son organisation avec le Rassemblement national sur la préférence nationale, un des points-clé de son programme. « Nous sommes signataires d'une convention avec SOS Racisme sur la non-discrimination, notre profession aujourd'hui est encadrée, ne peut discriminer », a rappelé Loïc Cantin.

3 commentaires

  • 13 juin 12:35

    Lorsque j'ai acheté il y a 15 ans, je suis la première visite de la maison, j'achète et le commercial se met 5000 euros en poche. Pour une seule visite et une annonce bon coin. Moi 5000 euros c'était 5 mois de salaire net. Cherchez l'erreur.


Signaler le commentaire

Fermer