Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Le salarié français moyen travaille jusqu'au 27 juillet pour financer les dépenses publiques

Mingzi31/07/2018 à 14:15

Le salarié français moyen travaille jusqu'au 27 juillet pour financer les dépenses publiques (Crédit photo : Fotolia)

Le salarié moyen français travaille jusqu'au 27 juillet pour financer les dépenses publiques, c'est 45 jours de plus que la moyenne de l'Union Européenne (UE).

L'Institut économique Molinari publie pour la 9ème année consécutive son étude sur la pression fiscale et sociale réelle du salarié moyen de l'Union européenne. 

27 juillet : jour de libération fiscale et sociale pour le salarié moyen

Le salarié moyen français est le plus taxé de l'Union européenne. Il travaille jusqu'au 27 juillet pour financer les dépenses publiques. C'est 2 jours de moins que l'an passé mais 45 jours de plus que la moyenne de l'UE.

À elles seules, les charges sociales (28 039 ?, 1er rang de l'UE) représentent plus que le pouvoir d'achat réel (24 582 ?, 11ème rang), situation unique dans l'UE.

La situation du salarié français devrait s'améliorer significativement l'an prochain grâce aux baisses de charges sociales.

La France est championne d'Europe de la fiscalisation

Le taux réel d'imposition du salarié moyen de l'UE est de 44,5%, en baisse de -0,28 % par rapport à 2017.

Avec une pression fiscale de 56,7%, la France est championne d'Europe de la fiscalité pour la 3ème année consécutive. Avant de disposer de 100 ? de pouvoir d'achat réel, le salarié moyen doit faire face à 131 ? de charges et d'impôts en France, contre 84 ? en moyenne dans l'UE

Passage du salaire complet au pouvoir d'achat réel

L'Autriche est 2ème sur le podium avec une libération fiscale et sociale le 18 juillet (même jour que l'an passé) et une pression fiscale et sociale de 54,3%.

La Belgique est 3ème avec une libération fiscale et sociale le 17 juillet, soit 10 jours plus tôt qu'en 2017. La pression fiscale et sociale sur le salarié moyen est de 54,2%.

Des charges et impôts qui baissent en France, mais moins vite qu'ailleurs

La libération fiscale et sociale intervient deux jours plus tôt que l'an passé : pour la première fois depuis le lancement de cet indicateur, le salarié moyen français récupère du pouvoir d'achat. Depuis le changement de gouvernement, la réforme des charges salariales permet au salarié moyen de récupérer +244 ? de pouvoir d'achat en 2018. Néanmoins, c'est moitié moins que ce qui avait été annoncé lors de la campagne présidentielle.

L'an prochain, la baisse des charges sociales va encore améliorer la situation du salarié moyen, avec une économie de l'ordre de +400 ? en année pleine en 2019. Mais elle n'est pas de nature à elle seule à modifier le classement de la France. Même si elle avait été opérationnelle toute l'année, la France serait restée cette année la championne de la fiscalité de l'Union européenne.

Pour le salarié français, les charges sociales sont supérieures au pouvoir d'achat réel

Le salarié moyen français est en théorie parmi les mieux payés avec 56 815 ? (6ème rang de l'UE), mais il est si fiscalisé (56,73% de charges et impôt sur son salaire complet, 1er rang de l'UE), qu'il ne lui reste que 24 582 ? en pouvoir d'achat réel (11ème rang de l'UE).

Alors que son employeur fait face à un coût du travail du même ordre que les pays du Nord de l'UE, le salarié moyen a un pouvoir d'achat intermédiaire entre celui des pays du Nord et des pays du Sud.
Pourtant mieux payé que le Suédois ou le Danois, le salarié moyen français dispose de 21% de pouvoir d'achat en moins que le premier et de 33 % en moins que le second.

À elles seules, les charges sociales (28 039 ?, 1er rang de l'UE) représentent plus que le pouvoir d'achat réel (24 582 ?, 11ème rang), situation unique dans l'UE.

" Nous sommes devenus au fil du temps les champions des charges et des impôts sur les salariés moyens. Conséquence, la croissance est plus faible en France que dans le reste de l'Union européenne. Le chômage reste anormalement élevé et diminue moins que partout ailleurs. Nos déficits publics ne se résorbent pas significativement et la dette s'envole " explique Nicolas Marques, directeur général de l'Institut économique Molinari.

Cette pression fiscale n'est pas synonyme de plus de bien être

L'étude montre que la pression fiscale et sociale française n'est pas synonyme de mieux vivre. Le croisement avec des travaux de l'OCDE montre que la France, 1ère de l'UE en taux d'imposition réel du salarié moyen, n'est que :
-   11ème de l'UE dans la dernière livraison de Better Life de l'OCDE (22 pays de l'UE notés), 
-    12ème en termes de satisfaction vis-à-vis de la vie, 
-    12ème en termes de santé perçue, 
-    17ème en termes de chômage.

" En dépit des bonnes nouvelles, les salariés français et belges consacrent toujours plus de la moitié des sommes distribuées par leurs employeurs en charges et impôts. Cela vaut la peine de se demander pourquoi ils ne reçoivent pas en retour les meilleures écoles, les meilleurs soins de santé ou les retraites les plus généreuses et pourquoi ils ne sont pas en tête des indicateurs de développement humain ou de bien être " commente James Rogers, chercheur associé à l'Institut économique Molinari.
 

15 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    01 août19:44

    Je confirme, Il faut donc supprimer tous les privilèges des régimes spéciaux, de fonctionnaires des énarques et grands élus (députés et sénateurs). Pour les salariés du privé, il faut que vous donniez votre avis sur la réforme des retraites : https://participez.reforme-retraite.gouv.fr/projects

    Signaler un abus

  • M3366730
    01 août19:40

    En janvier 2019, suppression du solde des cotisations URSSAF (pour les salariés du privé, puisque les régimes spéciaux et de fonctionnaires n'ont jamais cotisés à la S.S (ils ne sont jamais arrêtés ni malades), ni aux ASSEDICS (chômage)!). Pour les salariés du privé, cette diminution de cotisation sera" compensée" par une augmentation des cotisations retraites (pour financer les régimes spéciaux et fonctionnaires). A part cela, tout va bien !!!

    Signaler un abus

  • M3366730
    01 août19:38

    Dette de François H. en 5 ans : http://www.contribuables.org/2017/05/le-bilan-desastreux-du-quinquennat-hollande-pour-les-contribuables/ 305 milliards d'euros de dettes en +, 85 milliards d'euros d'impôts et taxes en plus et 1 million de chômeurs en plus dans le privé ( 249 147 fonctionnaires assimilés en + équivalents temps plein).

    Signaler un abus

  • M3366730
    01 août19:35

    agen786: le chômage est financé pas des cotisations exorbitantes en France (1 fonctionnaire/régime spécial qui ne côtise pas détruit 2 à 3 emplois dans le privé, 1 million de chômeur en + grâce à l'action de votre camarade Hollande), Si vous donnez des chiffres, donnez le lien ! Déficit au + de 3 milliards d'€ par an) https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0301953899530-reforme-de-lassurance-chomage-quel-scenario-2193873.php

    Signaler un abus

  • agent786
    01 août11:58

    regime special du privé, le chômage : "Ce premier chiffrage parcellaire situe donc autour de 45 milliards le coût de l'indemnisation, mais souffre d'un aléa de confection. Il est ici retenu un profil médian du chômeur qui occulte la disparité des cas de figure sur le terrain." source les echos.... on supprime?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.