1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Le pouvoir d'achat augmente
Boursorama avec Pratique.fr01/06/2019 à 08:30

Bonne nouvelle pour les Français et les Françaises. En 2019, et selon l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), leur pouvoir d'achat devrait augmenter. Une prévision reprise par le gouvernement. Explications.

iStock.com-Watcharin panyawutso

Le pouvoir d'achat expliqué

L'expression « pouvoir d'achat » est employée pour évoquer les biens et les services que les ménages peuvent s'acheter « avec une unité de salaire ». En d'autres termes, il s'agit de ce que les personnes peuvent dépenser en biens et services grâce à leurs revenus.  Si les prix des services et des biens augmentent mais que les salaires stagnent, on dit que le pouvoir d'achat diminue. Si les prix des biens et autres stagnent et que les salaires augmentent ou encore si les prix baissent et que les salaires stagnent ou sont en augmentation, on dit que le pouvoir d'achat est en hausse. Et pour 2019, il devrait effectivement augmenter.

2019 : une hausse de plus de 800 euros

Dans sa note du 16 avril 2019, l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) a fait savoir que les ménages français verront leur pouvoir d'achat augmenter de 850 euros en moyenne en 2019 (+1,9 % par unité de consommation) et ce, « malgré la désindexation de certaines prestations sociales ». C'est la hausse la plus élevée depuis 2007 (+2,5 %), année de la loi Tepa qui avait eu pour conséquence l'allégement des cotisations sociales sur les heures supplémentaires (mesure également adoptée par Emmanuel Macron fin 2018). Cette augmentation du pouvoir d'achat des Français est en partie due au mouvement des « Gilets Jaunes » puisqu'environ 440 euros viendraient des mesures socio-fiscales prises en décembre dernier pour répondre aux revendications de ces derniers. Cependant, il s'agit là d'une moyenne. Certains ménages verront leur pouvoir d'achat augmenter encore plus et d'autres moins. L'OFCE explique en outre, toujours dans sa note du 16 avril, qu'en 2019 la croissance sera « soutenue par les mesures socio-fiscales redistribuant aux ménages près de 12 milliards d'euros sur l'année (+0,8 point de revenu disponible brut) et la hausse significative du salaire réel (1,5 % en 2019 après 0,3 % en moyenne sur la période 2017-2018) [...] ».

Conséquence principale de la hausse du pouvoir d'achat

Toujours selon l'Observatoire français des conjonctures économiques, cette augmentation du pouvoir d'achat aura pour principale conséquence « une hausse significative du taux d'épargne des ménages qui augmenterait de 1,3 point de RDB en deux trimestres » soit la plus forte augmentation semestrielle depuis 10 années. Ce taux d'épargne devrait en revanche baisser à partir du deuxième semestre 2019 notamment à cause du contre-coup de la prime défiscalisée. Cependant, il devrait rester à un niveau tout de même élevé. L'OFCE prévoit un taux d'épargne de 15,1 % en 2019 et un taux de 14,7 % pour 2020 (contre 14,2 % en moyenne entre 2013 et 2018).L'Observatoire français des conjonctures économiques prévoit donc une augmentation du pouvoir d'achat des Français et des Françaises pour 2019 ainsi qu'une hausse de leur taux d'épargne.

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    02 juin23:45

    les retraités (du privé) toucheraient une meilleur retraite si la CNVATS (depuis 2005) et l'AGIRC/ARCCO (depuis 2010) n'étaient pas siphonnés de leurs fonds pour financer les retraites des régimes spéciaux et de fonctionnaires (cotisations salariales trop basses). A titre d'exemple en 2012 6,9 milliards pris dans les fonds de l'AGIRC/ARCCO (salariés du privé, les fourmis) pour financer les retraites des autres

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer