Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Le niveau de vie des Français a nettement augmenté
information fournie par Mingzi12/10/2021 à 16:20

Selon l'Insee, le niveau de vie médian des français a fortement progressé (Crédit photo: 123RF)

Selon l'Insee, le niveau de vie médian des français a fortement progressé (Crédit photo: 123RF)

Dans son étude annuelle, l'Insee fait le point sur le niveau de vie des Français en 2019. Le niveau de vie médian a fortement progressé, porté par le dynamisme des salaires.

A qui correspond le niveau de vie ?

Le niveau de vie d'un ménage est égal à son revenu disponible divisé par le nombre d'unités de consommation ou UC (le premier adulte du ménage représente une UC, les autres personnes de 14 ans ou plus 0,5 UC et les enfants de moins de 14 ans 0,3 UC). Toutes les personnes qui composent un ménage ont donc le même niveau de vie.

Le revenu disponible est le revenu à la disposition du ménage pour consommer et épargner. Il comprend les revenus d'activité nets des cotisations sociales, les indemnités de chômage, les retraites et pensions, les revenus du patrimoine (fonciers et financiers), les prestations sociales perçues, nets des impôts directs.

Le niveau de vie médian des Français augmente nettement en 2019

En 2019, la moitié de la population a un niveau de vie de plus de 22.040 euros par an. C'est 2,6 % de plus (en euros constants) par rapport à 2018. Il s'agit de sa plus forte progression depuis 2001. Cela correspond à un revenu disponible de 1.837 euros par mois pour une personne seule et de 3.857 euros par mois pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

Cette progression s'inscrit dans un contexte de faible inflation et de dynamisme des salaires, porté par la bascule des cotisations chômage sur la contribution sociale généralisée (CSG), les mesures d'urgence économique et sociale (prime exceptionnelle de pouvoir d'achat notamment), la revalorisation de la prime d'activité, l'exonération fiscale et sociale des heures supplémentaires, la poursuite du dégrèvement de la taxe d'habitation.

La progression est encore plus soutenue pour les 50 % des ménages les moins aisés (entre + 2,6 % et + 3,4 %) qui bénéficient de l'amélioration de la conjoncture sur le marché du travail, de la baisse du chômage, du dynamisme des salaires et de la revalorisation de la prime d'activité.

Aux extrémités, le niveau de vie des 10 % les plus modestes augmente de 2,8 % (à 11.660 euros) alors que celui des 10 % les plus aisés augmente de 1,0 % (à 39.930 euros). Cette plus faible progression des ménages les plus aisés intervient après une année 2018 atypique où les revenus du patrimoine avaient nettement augmenté, dans un contexte où la réforme de la fiscalité du capital incitait les entreprises à distribuer des dividendes.

Les inégalités de niveau de vie diminuent nettement

Après avoir fortement augmenté en 2018 dans un contexte de fiscalité plus favorable aux ménages les plus aisés, les inégalités de niveau de vie se réduisent fortement en 2019 : les revenus financiers connaissent un contrecoup, tandis que l'amélioration de la conjoncture du marché du travail et les réformes socio-fiscales favorisent davantage les ménages intermédiaires et les plus modestes.

Le taux de pauvreté est en baisse 

En 2019, 9,2 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, c'est 80.000 personnes de moins qu'en 2018. Le seuil de pauvreté s'établit à 1.102 euros par mois et correspond à un revenu disponible de 2.314 euros par mois pour un couple avec deux enfants de moins de quatorze ans. Le taux de pauvreté est de 14,6 % en 2019, il est en baisse de 0,2 point par rapport à 2018.

Le niveau de vie médian des retraités augmente de 1,5 %, une hausse moins élevée que celle des actifs (+ 2,7 %). Les retraités de niveaux de vie intermédiaires ont bénéficié du rétablissement à 6,6 % du taux de contribution sociale généralisée (CSG) sur les pensions retraite. Bien qu'il augmente de 0,8 point en 2019, le taux de pauvreté des retraités reste très inférieur à celui de l'ensemble de la population (9,5 % contre 14,6 %).
 

47 commentaires

  • 19 octobre13:58

    avia2 ne vois pas ce qui est faux dans ce que j'ai écrit. Si l'on compare le taux de pauvreté chez les salariés et chez les retraités, je l'affirme,le taux de pauvreté sera supérieur chez les retraités. J'attends que l'on me démontre le contraire.


Annonces immobilières