Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La rénovation énergétique, c’est bon aussi pour les hôtels de luxe
information fournie par Le Figaro04/12/2020 à 06:00

(Crédits photo : Pixabay - GregoryButler )

(Crédits photo : Pixabay - GregoryButler )

Profitant du confinement, cet hôtel parisien 5 étoiles a lancé un chantier d'embellissement et de rénovation énergétique en l'absence de clients.

À défaut d'espérer améliorer son taux de remplissage en période de crise sanitaire, l'hôtel parisien 5* San Régis compte bien en profiter pour améliorer ses performances énergétiques. Fermé depuis le 17 mars, cet établissement chic et discret situé en plein Triangle d'or de la capitale dans le 8e arrondissement, a voulu profiter de cette mise à l'arrêt forcée pour se refaire une beauté mais aussi pour lancer un chantier de rénovation énergétique. À un moment où certains émettent de sérieux doutes quant au succès des plans actuels de transition énergétique pour les particuliers, certaines entreprises ont choisi de se lancer.

C'est d'autant plus facile, il est vrai, pour des opérations qui peuvent être intégralement subventionnées. L'établissement de 42 chambres a fait appel à GEO PLC - Hellio, groupe spécialisé dans l'efficacité énergétique, pour isoler son réseau de chaleur utilisé pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire. Grâce au dispositif des CEE (Certificats d'économie d'énergie), les 20.000 euros que coûte le calorifugeage complet des installations (ajout d'un isolant et de PVC autour des tuyaux) ont pu être annulés.

Tout le monde est gagnant

Une vraie source de satisfaction pour Sarah et Zeina Georges, les deux sœurs qui dirigent actuellement l'hôtel qui avait été racheté en 1984 par leur père Elie Georges qui s'était entouré à l'époque de ses deux frères. «Avant même la crise sanitaire, nous avions prévu de faire de 2021, l'année de notre transition énergétique, souligne Zeina Georges. Nous avons finalement avancé le calendrier pour profiter du fait que les travaux ne créeraient aucune nuisance puisque l'établissement est fermé. Nous ne pouvons que conseiller à tout le monde de se lancer dans ce type d'opération où chacun ressort gagnant: l'hôtelier qui fait des économies, le client qui gagne en confort et l'environnement qui est mieux préservé.»

Ce premier chantier reste limité et s'est déroulé sur moins d'une semaine mais permet à lui seul d'espérer 10 à 15% d'économies d'énergie sans avoir à débourser le moindre euro. Un début intéressant même si des travaux plus ambitieux nécessiteront par la suite une contribution plus importante du client. Chez Geo PLC Hellio, qui travaille auprès des particuliers comme des entreprises, on souligne que chez ces dernières le taux moyen de subvention pour les travaux est de l'ordre de 30%. Au-delà des enjeux écologiques, l'enjeu financier reste de taille: la consommation énergétique moyenne d'un hôtel est de 241 kWh / m² / an, soit une facture d'énergie moyenne de 21,6 € /m² /an.

0 commentaire

Annonces immobilières