Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

La démolition de cet immeuble de bureaux se prépare en beauté
information fournie par Le Figaro13/07/2021 à 06:00

Cet immeuble de bureaux obsolètes de Puteaux (92) sera remplacé par 49 logements. Avant de disparaître, les lieux ont été confiés à 5 street artistes pour une exposition éphémère.

Le temps d’un soir, le vendredi 9 juillet, le 32, rue Victor Hugo à Puteaux (Hauts-de-Seine) s’est transformé en galerie de Street Art. Pourtant, rien ne prédisposait cet immeuble de bureaux des années 70 à un tel usage. Il faut dire que ce bâtiment installé dans un quartier résidentiel à deux pas de La Défense vit là ses derniers jours. L’endroit qui a notamment accueilli le siège France de la compagnie aérienne American Airlines a mal vieilli et s’apprête à laisser la place à un nouvel immeuble de 49 logements haut de gamme. C’est le promoteur L&P Immobilier qui porte ce projet qui a d’autant plus de sens que la commune cherche à augmenter sa proportion de logements, elle qui dispose déjà de nombreux bureaux.

Malgré une démarche en accord avec la volonté politique, le projet a été compliqué à monter. Il a fallu pas moins de trois de négociations avec les 7 propriétaires se partageant l’immeuble pour que le promoteur soit propriétaire de l’ensemble. L’endroit ne permettant pas les transformations nécessaires, il sera rasé purement et simplement pour accueillir un immeuble qui se rapprochera de la chaussée, en alignement avec ses voisins, et gagnera deux étages. « C’était la condition sine qua non pour la réalisation de notre projet et sa rentabilité», précise Guillaume Liurette, directeur fondateur de L&P Immobilier. Baptisée Contemplations, la nouvelle résidence comprendra 49 logements, du studio aux 5 pièces, tous possédant un balcon, une loggia ou une terrasse.

Totem caméléon et guerriers africains

En attendant la livraison, prévue au meilleur des cas entre la fin 2023 et le début 2024, le promoteur a voulu célébrer dignement la fin de cet immeuble en organisant une «demolition party». Pas question ici d'exploser des cloisons à coups de masse, l’hommage avant démolition a consisté à confier les lieux à 5 street artistes renommés. Il faut dire que les promoteurs fréquentaient ou connaissaient déjà la plupart de ces artistes, leur commandant d’ailleurs parfois des toiles. Ils ont disposé (pour les plus pressé du moins) de près d’un mois pour habiller les murs d’un étage complet, chacun à sa manière, sans avoir à craindre de se faire déloger. Passé le rhinocéros du hall d’accueil, on découvre une série d’œuvres très colorées d’Ernesto Novo. Cet artiste voyageur a peint toute une série de scènes inspirées du Cameroun ainsi qu’un portrait de son ami Kouka. Ce dernier a, quant à lui, installé une forêt ainsi que deux de ses emblématiques guerriers bantu qui ont fait sa réputation. De son côté Skio a parsemé quelques salles de ses visages énigmatiques mêlés de formes géométriques. Quant à Sitou Matthia, c’est le seul qui a procédé à une petite destruction, mêlant bouts de cloisons et de faux plafond à ses visages coloré, sans oublier un superbe caméléon, son animal totem. Des œuvres éphémères qui disparaîtront bientôt sous les coups des pelleteuses sans que cela semble perturber les artistes.

0 commentaire

Annonces immobilières