Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

L'eau de mer, nouvelle source d'eau douce
Boursorama avec Pratique.fr16/09/2020 à 08:30

L'été 2020 a été particulièrement sec et ce, même dans les régions réputées pour leur climat pluvieux. Mais face aux problèmes de sécheresse, il existe une solution : le dessalement (ou dessalage ou encore désalinisation) de l'eau de mer.

iStock-tanukiphoto

L'eau, une ressource de plus en plus rare

Les conséquences du réchauffement climatique sont multiples. D'un côté, les glaciers s'effondrent tandis que les ours polaires et autres espèces sont menacés d'extinction. De l'autre côté, les catastrophes naturelles s'enchaînent. Enfin, les épisodes de grande sécheresse se multiplient. Durant ce que l'on nomme « l'été météorologique » 2020 - soit les mois de juin, juillet et août - le temps a été particulièrement sec et chaud. Entre le 6 et le 12 août, un épisode caniculaire a d'ailleurs touché une grande partie de la France. Même dans des régions comme la Bretagne, appréciée pour son climat tempéré, les températures ressenties ont atteint les 40°C comme en Ille-et-Vilaine. « Le mois de juillet a été le plus sec jamais enregistré depuis 1959 (-77 %). Le mois d'août présente [...] un déficit pluviométrique proche de 30 % » apprend-on ainsi sur le site spécialisé lachainemeteo.com.

Des nombres inquiétants

En 2019, l'ONU (Organisation des Nations Unies) estimait le nombre de personnes rencontrant, à certaines périodes de l'année, des pénuries d'eau potable à 1,5/2 milliard(s). Ces nombres sont évidemment très inquiétants d'autant plus qu'il faut garder à l'esprit que plus de 500 millions de personnes dans le monde font face à une pénurie permanente. Pour Matthieu Baïsset, directeur technique d'imaGeau, les agriculteurs comme les collectivités locales et autres industriels doivent changer leur façon de consommer l'eau et apprendre à l'utiliser « au bon moment et au bon endroit ». Mais comment faire face au manque d'eau ? En se tournant vers la mer, une alternative employée depuis les années 1960 et qui connaît un succès croissant depuis quelques années. Dans les zones en manque d'eau, le dessalement de l'eau de mer est en effet une solution idéale.

L'eau de mer devient de l'eau douce

En France, Suez Environnement et Veolia ont opté pour le dessalement de l'eau de mer (respectivement 4,2 millions et 13 millions de mètres cubes d'eau dessalée) qui représente 98 % de l'eau présente sur Terre. Il existe plusieurs méthodes pour dessaler l'eau de mer : osmose inverse, distillation, électrodialyse... À Chartres, la PME Mascara Renewable Water (fondée par Marc Vergnet), a créé Osmosun, une station de dessalement écologique qui fonctionne sans batterie et grâce à l'énergie solaire. Six stations ont d'ores et déjà été installées en Afrique ou encore en Polynésie française, où l'accès à l'eau potable est compliqué. D'ici à 2025, la firme espère en installer une centaine. Pour atteindre son objectif, elle a levé plus de deux millions d'euros auprès d'investisseurs institutionnels régionaux. L'emploi de la mer comme eau douce (après dessalement) s'impose de plus en plus comme une solution d'avenir. Seule ombre au tableau, les experts scientifiques de l'ONU notamment ont peur de l'impact que le rejet de grandes quantités de saumure peut avoir sur les zones concernées.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • OSS119
    16 septembre08:50

    Enfin une idée géniale. Le sel récupéré devrait pouvoir trouver un usage

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer