Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Investir dans un logement étudiant, est-ce encore une bonne idée?
information fournie par Le Figaro04/08/2021 à 07:55

(Crédits photo : Unsplash - JESHOOTS.COM )

(Crédits photo : Unsplash - JESHOOTS.COM )

Malgré la pandémie et les cours à distance, bon nombre d'investisseurs restent persuadés que le filon est bon. Mais ils misent de plus en plus sur les villes moyennes.

Le marché du logement étudiant sera-t-il amené à traverser des turbulences comme cela peut être le cas pour certains bureaux? Il est vrai qu'avec la généralisation des cours à distance, bon nombre d'étudiants ont quitté leur logement durant la crise sanitaire pour retourner s'installer chez leurs parents. Malgré ce trou d'air, ce type de placement reste rassurant pour 1 Français sur 4, selon un sondage réalisé en juin pour le réseau immobilier Orpi auprès de 800 porteurs de projets. Parmi ces 26% de sondés qui envisagent d'investir dans un logement étudiant en 2021, il est vrai que 62% le font avant tout pour un usage personnel afin d'y loger un membre de la famille. Il en reste tout de même 25% qui perçoivent cet investissement comme «sécurisé» et seulement 11% qui optent pour ce marché uniquement pour des raisons de rendement locatif.

«Investir plutôt que louer pour un membre de sa famille est une tendance en nette progression, souligne Christine Fumagalli, présidente d'Orpi. Pour ceux qui en ont les ressources financières, c'est l'occasion de se constituer un patrimoine immobilier mais qui sera dans un premier temps peu rentable.» Ce sondage montre par ailleurs que les petites surfaces restent toujours plébiscitées sur ce créneau (79% des sondés visent du studio au 2 pièces contre 27% qui envisagent de grandes surfaces pour la colocation) et que, comme pour l'immobilier résidentiel, les villes moyennes ont de plus en plus la cote. Restriction de budget oblige, la capitale n'attire que 18% des projets d'investissement, là où les villes moyennes sont à 50%.

Les villes moyennes les plus intéressantes

Une chose est sûre: ces villes moyennes sont les seules à offrir de petits et des perspectives de rendements élevés. Selon une étude du site d'investissement locatif clés en main Masteos parue en juillet les 5 villes étudiantes seraient Mulhouse (12,64% de rendement brut), Saint-Etienne (11,07%), Perpignan (8,91%), Troyes (8,86%) et Le Mans (8,27%). Mais cette seule donnée du rendement n'est évidemment pas suffisante car il faut également tenir compte de la demande et du potentiel global de la ville. D'ailleurs Masteos ne recommande véritablement que deux villes de ce Top 5: Le Mans (plutôt que Nantes ou Angers en Pays de la Loire) et Perpignan aux côtés de Nîmes plutôt que Montpellier ou Toulouse. Dans le Grand Est, l'enseigne préfère Metz (7,5%) à Mulhouse et Troyes, car la ville cumule bon rendement et forte tension locative. Et en région Auvergne-Rhône-Alpes, c'est Clermont-Ferrand qui dame le pion à Saint-Etienne avec sa forte population étudiante et une tension plus importante même si les rendements sont sensiblement plus faibles (6,87%).

Dans les autres régions, les suggestions vont d'Arras (6,22%) dans les Hauts-de-France à Besançon (6,7%) en Bourgogne-Franche-Comté en passant par Marseille en PACA (5,46%) ou encore Poitiers (6,72%), Orléans (5,94%), Caen (6,52%) et Brest (6,53%). Et en région parisienne? Ce sont les villes d'Évry (7,8%), Villetaneuse (7,07%) et Cergy (6,09%) qui tirent leur épingle du jeu. Elles affichent un rendement locatif nettement supérieur à celui de Paris (3,37%) tout en étant reliées à la capitale par le RER.

0 commentaire

Annonces immobilières