Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Impôts 2018 : le fisc français oblige les contribuables à regarder une vidéo YouTube
information fournie par Boursorama avec Newsgene19/04/2018 à 15:47

Impôts 2018 : le fisc français oblige les contribuables à regarder une vidéo YouTube

Impôts 2018 : le fisc français oblige les contribuables à regarder une vidéo YouTube

Bercy impose aux contribuables de regarder une vidéo YouTube informative sur le prélèvement à la source avant de déclarer les revenus. Cette décision a déclenché une polémique, à cause des traqueurs publicitaires de Google.

Cette décision fait couler beaucoup d'encre. La Direction générale des finances publiques (DGFIP) a choisi YouTube pour héberger une vidéo d'information sur le prélèvement de l'impôt à la source. Ce visionnage reste obligatoire pour accéder au site et déclarer ses revenus en ligne. Un joli cadeau pour Google, révèle NextImpact ce mardi 17 avril. Le géant américain recueille au passage des données sur les internautes. La vidéo enregistre 4,7 millions de vues.

Le problème des traqueurs publicitaires

Toutes les vidéos YouTube comportent des traqueurs qui récupèrent des données à des fins publicitaires. C'est d'autant plus vrai pour les internautes qui naviguent depuis leur compte Google. Ces données s'ajoutent à celles de leur agenda ou de leur historique de recherche, en fonction de leurs paramètres de confidentialité. Par exemple, Google quels sites l'internaute aura visité avant et après sa télédéclaration... Et quelles recherches il aura effectuées.

Google France confirme, « YouTube peut récolter des données de comportement liées à l'utilisation de la plateforme ». Les données transmises aux annonceurs restent « anonymes, agrégées, afin qu'ils puissent proposer des annonces publicitaires pertinentes et utiles ». N'oubliez pas l'adage, si c'est gratuit, vous êtes le produit. Google ne considère pas les données comportementales concernées comme particulièrement sensibles.

« Il n'y a aucun risque de confidentialité »

La DGFIP n'a pas activé le mode de confidentialité avancé de YouTube. Difficile de trouver une autre plateforme grand public, à la fois fiable et sans annonces publicitaires. Le 17 avril dans l'après-midi, Bercy a réagi à la polémique dans un communiqué. « Il n'y a aucun risque de confidentialité sur les données fiscales » assure le ministère. Bercy étudie toutefois « un hébergement sur d'autres plateformes, peut-être Dailymotion », rapporte Le Point.

Un lecteur « maison » constituerait la meilleure protection pour les données des internautes... Et bientôt la seule option légale ? Le 25 mai prochain, le RGPD européen imposera aux sites d'obtenir le consentement de l'internaute avant de collecter ses données. Seules les 60 premières secondes de la vidéo sont obligatoires. L'internaute peut passer la vidéo s'il l'a déjà visionnée... à condition de ne pas avoir vidé son cache ou désactivé les cookies !

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • janaliz
    19 avril21:01

    Alors vive youtube, vive le big mac, vive l'huile de palme, vive la mayonnaise qui dégouline de partout, vive le ketchup, et vive les armes pour tout le monde, et surtout vive les k...


Annonces immobilières