Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Immobilier : quels prix, quelle durée de crédit et quel apport personnel pour les Français ?

Boursorama25/05/2016 à 17:08

Au cours des trois dernières années, les prêts immobiliers de très longue durée (plus de 20 ans) ont fortement augmenté en France.

OptimHome a publié mardi 24 mai les résultats d’une étude réalisée en partenariat avec l’Ifop sur le rapport des Français à l’immobilier. Principale observation : les Français contractent désormais des prêts immobiliers pour des durées de plus en plus longues. Bonne ou mauvaise nouvelle ?

Qui dit « achat immobilier » dit également « budget » et bien souvent « crédit immobilier ». Concernant ce second sujet, les habitudes des Français ont beaucoup évolué au cours des dernières années, révèle une enquête OptimHome/Ifop menée en avril 2016 auprès d’un échantillon de 1.522 personnes représentatives de la population française, âgées de 25 à 65 ans.

Achat immobilier : pour quel prix ?

Selon l'étude, 35% des personnes ayant acheté un logement au cours des trois dernières années ont acquis un bien d'une valeur inférieure à 150.000 euros. Cette peut représenter des biens au profil varié selon leur localisation : à Paris, un tel budget aura tendance à désigner un appartement de moins de 15m², tandis que dans les communes rurales, ce même budget peut facilement représenter une maison avec trois chambres, un salon et un jardin.

25% des achats réalisés au cours des 3 derniers années ont concerné des biens d’une valeur comprise entre 150.000 et 200.000 euros, 30% entre 200.000 et 350.000 euros, les 10% restants concernant des biens d’une valeur supérieure à 350.000 euros (dont 4% supérieure à 500.000 euros).

Pour Olivier Colcombet, Président du groupe OptimHome, « la baisse globale du niveau des prix de l’immobilier au cours des dernières années n’a pas entraîné une baisse du budget des acheteurs. Ceux-ci ont globalement préféré conserver un budget identique qui leur a permis d’acheter des biens un peu plus grands, par exemple avec une chambre en plus ».

Avec quelle proportion d’apport personnel ?

Pour ces achats, le recours à un crédit immobilier a naturellement été fréquent : 77% de ces achats ont été réalisés avec une part de crédit bancaire, même si 23% ont été réalisés sans crédit.

Parmi les 77% ayant eu recours à un emprunt immobilier, il est intéressant d’observer quelle part du prix du bien immobilier a tout de même pu être financée par un apport personnel (épargne personnelle) pour l’achat d’une résidence principale.

Au cours des trois dernières années, seuls 11% des emprunteurs ont pu financer au moins la moitié de la valeur de leur bien avec leur propre épargne. À l’inverse, 59% des emprunteurs n’ont pas pu financer plus de 20% de leur achat avec leur propre argent.

Crédit immobilier : pour quelle durée ?

Les taux de crédit historiquement faibles ont surtout provoqué une banalisation des prêts à très long terme, pour le meilleur comme pour le pire. Les taux faibles permettent en effet aux ménages de pouvoir s’endetter pour des durées plus longues sans payer davantage d’intérêts, malgré la difficulté de devoir passer une bonne partie de leur vie active à rembourser leur emprunt.

Selon l'étude, au cours des trois dernières années, 39% des crédits immobiliers ont ainsi été accordés pour des durées très longues de 21 à 30 ans, ce qui constitue « une surprise » pour Olivier Colcombet, qui ne s’attendait pas à une telle augmentation du nombre de crédits à très long terme en France. 29% des crédits ont été accordés pour des durées de 16 à 20 ans, 23% entre 10 et 15 ans, 6% entre 5 et 10 ans, et 3% pour une durée de moins de 5 ans.

Une large majorité de crédits est donc désormais accordée pour une durée de plus de 15 ans, alors que les crédits à 15 ans représentaient encore au début des années 2000 la durée quasi-maximale d’emprunt pour les particuliers français.

On rappellera que l’allongement des durées de crédit immobilier a notamment pour risque de favoriser les situations de surendettements individuels, particulièrement en l’absence de perspectives de croissance économique élevée à l’échelle nationale et en l’absence d’inflation.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.