Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Immobilier : les taux de crédits pourraient subir une hausse dès 2022
information fournie par Boursorama avec Newsgene21/10/2021 à 12:06

De nombreux facteurs pourraient faire remonter les taux de crédits immobiliers en 2022. (illustration) (Pixabay / AlexanderStein)

De nombreux facteurs pourraient faire remonter les taux de crédits immobiliers en 2022. (illustration) (Pixabay / AlexanderStein)

Les taux de crédit immobilier n'ont jamais été aussi bas, permettant aux Français de financer leurs projets. C'est ainsi que le spécialiste MeilleurTaux a enregistré une hausse des demandes de crédit de 3,4 % en 2021. Mais la tendance pourrait s'inverser en 2022 selon le courtier, avec des critères plus stricts et des taux qui vont probablement légèrement augmenter.

Les taux de crédit immobilier sont toujours très bas. Dans ce contexte, l'année 2021 a été marquée par une hausse des projets immobiliers, note MeilleurTaux, qui a enregistré une augmentation de 3,4 % des demandes de financements pour l'achat d'un logement, rapporte BFMTV. Pas étonnant car les taux sont inférieurs à 2 % depuis maintenant cinq ans.

Des règles durcies en 2022

Ces conditions stimulent les projets d'investissement dans la pierre des Français. « C'est évidemment très avantageux pour les acquéreurs. [Pour] un prêt sur 15 ans, en octobre 2015, le taux d'un crédit était de 2,25 %, l'année suivante, en 2016, il est tombé à 1,40 % ! », explique Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole chez MeilleurTaux. « Quatre ans plus tard, c'est encore mieux, il chute en 2021 à 0,78 %. »

Mais les choses pourraient changer. Déjà, les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF), obligatoirement suivies par les banques, devraient se durcir l'an prochain. À compter de janvier 2022, il ne faudra pas dépasser 35 % d'endettement maximum (assurance comprise). Les prêts ne pourront excéder 27 ans dans le neuf (différé de deux ans) et 25 ans dans l'ancien, souligne BFMTV.

16 % des dossiers ne seront plus acceptés par les banques

Les jeunes acquéreurs et les foyers modestes seront sans doute contraints de revoir leurs projets immobiliers. « En projetant les dossiers financés entre janvier et mars 2021 avec les règles HCSF, 16 % des financés par MeilleurTaux seraient exclus à conditions de taux équivalentes », prévoit Maël Bernier. L'inflation pourrait aussi ralentir le marché de l'emprunt immobilier, avec des taux qui repartiraient à la hausse.

L'assurance-emprunteur pourrait également avoir une incidence sur la hausse des taux de crédit. En effet, ce secteur qui était détenu par les banques, via leurs filiales, a été libéralisé et est devenu concurrentiel. Les banques ayant vu leur marge baisser, elles pourraient récupérer ce manque à gagner en augmentant les taux proposés à leurs clients.

0 commentaire

Annonces immobilières