Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Fintech : ces startups qui font trembler le monde de la finance

Boursorama avec Pratique.fr13/02/2017 à 14:45

L'ubérisation de la finance est en marche. Et le salon Paris Fintech Forum qui se tient les 25 et 26 janvier témoigne que cette tendance est plus qu'un phénomène de mode. Alliant finance et technologie, les Fintech, à la manière d'AirBnb ou Amazon révolutionnent le secteur. Algorithmes, financement participatif..., tous les outils modernes et digitaux sont convoqués pour casser les prix et bouleverser les habitudes.

Les startups envahissent la finance

Etat des lieux

Surfant sur les nouvelles habitudes des utilisateurs (connectivité, mobilité) et le cloud computing (outils informatiques dématérialisés), les Fintech ont commencé à mettre la main sur tous les segments de la finance. Crédit, moyens de paiement, gestion de patrimoine, épargne; plus un n'échappe au raz-de-marée digital. Et les investisseurs suivent. Selon le cabinet de conseil Accenture, les investissements dans les Fintech ont été multipliés par 13 entre 2008 et 2014.
Les premiers à en profiter sont les Etats-Unis qui concentrent 80% des capitaux investis. Sur le seul segment des crédits et des prêts, les Fintech américaines commencent à concurrencer les grandes banques traditionnelles. Le géant du secteur Morgan Stanley prédit que d'ici à 5 ans, 8% des crédits à la consommation et 16% des prêts aux PME seront le fait de Fintech.
En Europe, c'est le Royaume-Uni qui fait figure de pionnier des Fintech. 40% des investissements placés dans ces startups sont concentrés chez nos voisins britanniques.
En France, l'investissement a bondi de plus de 750% entre 2014 et 2015, passant de 19 à 167 millions d'euros.

Les Fintech françaises en pleine croissance

Si la France a démarré timidement sa transformation digitale (après notamment les Pays-Bas, l'Allemagne et la Russie), le secteur est en pleine effervescence depuis un ou deux ans.
A l'exemple de Lending, la plateforme de prêt entre particuliers créée par un français qui s'impose aux Etats-Unis, de nombreuses Fintech rencontrent le succès dans l'hexagone. C'est le cas de Leetchi, cagnotte en ligne, créée pour simplifier les dépenses de groupe. La Startup revendique aujourd'hui 4 millions d'utilisateurs dans 150 pays. Signe des temps, Leetchi a été racheté (en même temps que son outil MangoPay) par le Crédit Mutuel l'an dernier pour 50 millions d'euros.
Lauréate 2015 du prix Fast 50 récompensant l'entreprise la plus dynamique de France, SlimPay est une startup d'à peine 7 ans spécialiste du paiement par prélèvement. Rien d'étonnant à ce que cette Fintech soit ainsi distinguée par le cabinet d'audit Deloitte. SlimPay a connu une croissance de plus de 4% entre 2010 et 2014. La société compte déjà les plus gros clients comme EDF, Deezer ou TripAdvisor en leur fournissant un service de prélèvement direct sur le compte bancaire de leurs clients. Plus besoin de carte bancaire ou de courrier postal; ce qui permet aux entreprises de réduire leurs frais et de ne pas risquer de perdre des clients en cas de CB égarée ou périmée. Un nouveau système qui prend en compte les nouvelles habitudes de consommation.

Un nouveau modèle économique

Le succès des Fintech réside justement dans cette prise de conscience des nouveaux modes de consommation et des nouveaux outils pour les rentabiliser au mieux. Selon Alain Clot, patron de France Fintech "le moteur de la disruption est le consommateur lui-même, ses attentes, ses usages". Pour reprendre la définition de Clayton Christensen, professeur à Harvard, sont appelés disruptifs "les nouveaux entrants qui abordent le marché par le bas, et se servent des nouvelles technologies pour proposer des produits ou services moins chers". Ces "nouveaux entrants" s'appuient sur des compétences techniques (algorithmes, cloud) et sociales (envie de liberté, de mobilité) pour offrir des services plus efficaces et plus conviviaux. Un grand nombre de ces Fintech s'installent sur le marché du crédit, via le financement participatif. Après Kisskissbankbank et Ulule, une soixantaine de plateformes ont vu le jour.
Mais tous les autres segments de la finance sont également concernés. Gestion du patrimoine et de l'épargne, conseil en investissement, affacturage... ne sont plus le domaine réservé des banques traditionnelles. Pourtant, pour ces dernières comme pour les dirigeants de Fintech, il s'agit "plus d'une logique de partenariat que d'opposition". Une logique gagnant-gagnant relayée par les fondateurs de Finexkap Cédric Teissier et Arthur de Catheu dans une tribune : "les supposés frères ennemis cherchent plutôt à cohabiter de manière intelligente au service de ce qui les réunit : le client".

Trucs et astuces

150 Fintech opèrent actuellement en France. Une seule d'entre elles pourtant figure dans le top 100 des Fintech mondiales établi par le cabinet d'audit KPMG : SlimPay, qui arrive en 92ème position.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.